Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des faînes de hêtre. A intervalles irréguliers, les arbres produisent d'énormes quantités de graines. Un phénomène désormais mieux compris.

Ulrich Wasem/WSL

(sda-ats)

Un phénomène climatologique dans l’Atlantique nord synchronise la fructification des hêtres et des épicéas dans toute l’Europe. C'est ce qu'a découvert une équipe internationale avec participation de l'institut WSL.

On appelle oscillation nord-atlantique (ONA) une variation des conditions de pression sur l’Atlantique nord, entre la dépression islandaise au nord et l’anticyclone des Açores au sud. L’ONA a une grande influence sur les conditions climatiques et météorologiques en Europe, et manifestement aussi sur la fructification des arbres forestiers.

Lors de ce qu’on appelle les faînées pour le hêtre ou les paissons pleines pour les autres essences, qui reviennent à intervalles irréguliers, les arbres forestiers produisent d’énormes quantités de graines. Le phénomène est spécifique à chaque essence, et peut se produire non seulement de manière simultanée dans des peuplements, mais aussi à l’échelle régionale, voire sur de très grandes surfaces à travers toute l’Europe.

Une équipe de scientifiques sous la direction des universités de Naples (I) et Liverpool (GB) et avec la participation de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), a documenté les paissons pleines des hêtres et épicéas au cours des 190 dernières années dans toute l’Europe. Ils les ont ensuite comparées avec les données de l'ONA des dernières décennies.

Dans toute l'Europe

Les calculs montrent que depuis six décennies, de telles années de forte fructification dépendent à la fois des variations annuelles, mais aussi décennales de l’ONA. Ce phénomène climatique semble exercer une influence au moment de la floraison, mais aussi en hiver, voire au cours de l’été précédant la fructification, a indiqué mardi le WSL dans un communiqué.

Les facteurs sont notamment le stockage de nutriments, la formation des bourgeons l’année précédente ou encore une pollinisation efficace par le vent au cours de l’année en cours. Une forte ONA synchronise donc le climat dans toute l’Europe et pourrait avoir une influence sur la fructification de certaines essences sur de grandes régions.

Ainsi, les arbres d’une même essence peuvent produire d’énormes quantités de graines simultanément à grande distance. Ils sont donc moins tributaires des prélèvements exercés par les oiseaux et rongeurs amateurs de graines.

Ces animaux, à leur tour, peuvent parfois se reproduire de manière explosive lors des paissons pleines, ce qui peut entraîner une prolifération des tiques qui les parasitent. L’ONA semble donc être un facteur-clé de cette concurrence écologique, selon ces travaux publiés dans la revue Nature Communications.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS