Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Le patron déchu de Neuchâtel Xamax Bulat Chagaev, auditionné une deuxième fois par le procureur genevois Yves Bertossa vendredi, conteste toujours les chefs d'inculpation contre lui.
Son avocat Me Jacques Barillon va plaider sa libération ce vendredi en fin d'après-midi devant le tribunal des mesures de contraites à Genève, qui statuera à huis clos, a-t-il précisé lors d'un bref point de presse devant le Ministère public où son client a été entendu dès la matinée. Bulat Chagaev avait été arrêté et placé en détention provisoire à Champ-Dollon la veille, parallèlement à l'annonce de la faillite de Neuchâtel Xamax. Il est prévenu de gestion déloyale et faux dans les titres.
Sa libération pourra être ordonnée le cas échéant si la justice estime que des mesures de substitution pour pallier le risque de fuite peuvent être prises (paiement d'une caution, par exemple). Selon Me Barillon, son client s'est toujours tenu à disposition de la justice jusqu'à présent.
Les soutiens se sont défilés
L'avocat a précisé que Bulat Chagaev avait perdu beaucoup d'argent dans Xamax. Interrogé sur les sommes investies, il a évoqué un montant de 12 millions de francs. "Et mon client ne s'est pas mis un sou du club dans la poche", a-t-il ajouté.
Bulat Chagaev s'est senti fort peu soutenu. "Des gens sur lesquels il comptait se sont défilés au fil des mois", a dit Me Barillon. Aujourd'hui, M. Chagaev apparaît accablé et s'estime victime d'un "lynchage médiatique" et d'un "acharnement". Il ne croit plus en la justice. "Pourtant, il voulait vraiment construire quelque chose de solide en Suisse, ses enfants sont scolarisés ici."
Me Barillon prévient que "les débats risquent d'être longs". Il conviendra d'éclaircir le contexte dans lequel le club a été vendu (par Sylvio Bernasconi en mai dernier).

ATS