Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - L'étau se resserre autour de Bulat Chagaev. Le Parquet de Genève et celui de Neuchâtel ont ouvert une enquête pénale contre le propriétaire de Neuchâtel Xamax.
En cause: les sérieux doutes concernant le document prouvant la solvabilité de l'homme d'affaires tchétchène.
Pour mémoire, ce document à l'en-tête de Bank of America certifie que Chagaev dispose de 35 millions de dollars pour financer son club. Or plusieurs médias ont révélé ce week-end que cette attestation présentait de nombreuses anomalies.
A Neuchâtel, cette procédure porte sur "faux dans les titres et tentative d'escroquerie", a confirmé le procureur Pierre Aubert à Sportinformation. "Nous allons mener en parallèle nos enquêtes avec Genève, tout en nous concertant. Et d'ici un mois, nous devrions statuer sur le for juridique du dossier", a-t-il précisé.
Du côté genevois, le Parquet n'a pas perdu de temps en effectuant lundi une perquisition dans les bureaux de Bulat Chagaev, a révélé "Le Temps". "Lorsque la presse rend publique ce genre d'informations, nous préférons agir rapidement", a expliqué au quotidien Jean-Bernard Schmid, l'un des deux procureurs genevois qui s'est saisi de l'affaire avec Yves Bertossa.
Sans entrer dans les détails, il a ajouté que quelques documents avaient été "séquestrés à titre conservatoire." A Genève, Chagaev détient quatre sociétés, actives dans le négoce de matières premières et dans l'immobilier.
Pour expliquer pourquoi deux procédures avaient été lancées dans deux cantons, Pierre Aubert a rappelé qu'il avait reçu mardi matin une plainte pénale de l'avocat Vincent Solari, qui défend les intérêts de Ralph Isenegger, le créancier à l'origine de la demande (refusée) de mise en faillite de Xamax. "Sans cette plainte, je n'aurais pas forcément ouvert une instruction étant donné que Genève l'avait déjà fait", a expliqué le magistrat.
Acculé par la justice, Bulat Chagaev l'est toujours par ses créanciers. Selon "L'Express/L'Impartial", l'agence de sécurité AGS réclame 700'000 francs à Xamax. La raison: rupture brutale d'un contrat qui courait jusqu'en juin 2013.

ATS