Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Deux tribunaux civils bernois ont rejeté les demandes de Xamax visant à obtenir des mesures superprovisionnelles et provisionnelles qui auraient suspendu le retrait de licence infligé par la SFL.
Estimant que la Commission de discipline de la Ligue n'était pas compétente pour prononcer une telle sanction, le club avait saisi le Tribunal de commerce du canton de Berne ainsi que le Tribunal régional de Berne-Mittelland.
Or les deux cours ont décidé de ne pas accéder à la requête des Neuchâtelois, annonce la SFL dans un communiqué de presse. La Ligue précise même que le Tribunal de commerce a jugé les arguments de Neuchâtel Xamax "comme peu vraisemblables sur la base des dispositions des réglements de l'ASF et de la SFL". La Swiss Football League va désormais prendre position par écrit auprès des deux tribunaux saisis par le club.
Neuchâtel Xamax s'était vu retirer sa licence le 18 janvier par la Commission de discipline de la Ligue pour divers manquements. Une décision entraînant l'exclusion du club de l'Axpo Super League qui doit reprendre les 4 et 5 février. Xamax estime que la CD n'a pas le pouvoir de prononcer une telle sanction mais que le retrait de la licence n'est possible que par la Commission des licences de la SFL.
Vendredi, le club doit faire face à une demande de mise en faillite devant un tribunal neuchâtelois. Ses créances s'élevent quelque 8 millions de francs. Le contingent de l'équipe première a été provisoirement "libéré" par le propriétaire Bulat Chagaev, les joueurs se retrouvant ainsi au repos forcé et dans le flou le plus total. Alors qu'aucun entraînement n'est pour l'heure prévu et que les salaires de novembre et décembre n'ont toujours pas été versés, certains Xamaxiens ont déjà résilié leur contrat pour s'engager dans d'autres formations.

ATS