Toute l'actu en bref

L'approche du porte-avions américain Carl Vinson vers la péninsule coréenne contribue aux tensions déjà vives entre Pyongyang et Washington (archives).

KEYSTONE/AP/AHN YOUNG-JOON

(sda-ats)

Le président chinois Xi Jinping a appelé lundi à la "retenue" vis-à-vis de la Corée du Nord lors d'un entretien téléphonique avec son homologue américain Donald Trump. Il s'exprimait alors qu'un porte-avions étasunien s'approche de la péninsule coréenne.

La Chine "espère que toutes les parties fassent preuve de retenue et s'abstiennent de toute action de nature à aviver les tensions dans la péninsule", a déclaré M. Xi, selon un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Le seul moyen de résoudre le plus vite possible la question du nucléaire nord-coréen et de réaliser la dénucléarisation de la péninsule, c'est que chaque partie concernée assume ses responsabilités", a encore dit lundi Xi Jinping à Donald Trump.

Le président étasunien avait promis il y a quelques semaines de s'occuper du "problème" du programme nucléaire nord-coréen. Il avait annoncé que le porte-avions américain Carl Vinson faisait route vers la péninsule coréenne.

La Corée du Nord s'était engagée à "répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire". Pyongyang pourrait par ailleurs mener dès mardi un nouvel essai nucléaire ou balistique pour marquer les 85 ans de son armée.

Tokyo soutient Washington

Il s'agit de la deuxième conversation téléphonique entre MM. Xi et Trump depuis leur rencontre début avril dans la résidence du président américain en Floride. Aux yeux des Etats-Unis, la Chine est le principal soutien économique et diplomatique de la Corée du Nord et a donc le poids nécessaire pour la faire revenir à la raison.

Pékin nie avoir tant d'influence et réplique régulièrement que le conflit concerne principalement Washington et Pyongyang. Il appartient donc à ces deux pays de dialoguer.

Donald Trump s'est également entretenu ce lundi avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à propos de la Corée. Devant la presse, M. Abe a déclaré avoir rappelé au président américain que le programme nucléaire et balistique nord-coréen représentait "une menace extrêmement grave au Japon et à la communauté internationale".

Le chef du gouvernement japonais s'est félicité de la position de l'administration Trump face à Pyongyang. "Nous sommes entièrement d'accord pour exiger fermement la retenue de la part de la Corée du Nord", a-t-il dit. Des manoeuvres ont commencé dimanche entre le porte-avions Carl Vinson et la marine japonaise, a précisé M. Abe.

"Chantage militaire"

Du côté de Pyongyang, un site officiel a averti les Etats-Unis qu'ils seraient "rayés de la surface de la Terre" si Washington déclenchait une guerre sur la péninsule. Le pays reclus a multiplié ces derniers temps les déclarations incendiaires et mené deux essais de missiles rien que depuis le début du mois.

Pyongyang rêve de construire un missile capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain. Dans une série d'éditoriaux, le journal Rodong Sinmun, porte-voix du parti unique au pouvoir, explique que l'arrivée imminente du porte-avions constitue "un chantage militaire non déguisé".

ATS

 Toute l'actu en bref