Toute l'actu en bref

Parmi les trois millions de personnes qui ont dû se déplacer à l'intérieur du Yémen pour fuir les combats, un million essaient de revenir chez elles (image symbolique).

KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB

(sda-ats)

Plus de 48'000 civils ont fui les combats dans la région de Mokha, dans le sud-ouest du Yémen, selon l'ONU. Et ils risquent d'être de nouveau déplacés par la bataille qui fait rage le long des côtes de la mer Rouge.

"Des chiffres compilés conjointement par le HCR (Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés) et par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) montrent que plus de 48'000 personnes ont été déplacées ces dernières semaines de Mokha et de Dhubab", une autre ville côtière, a déclaré à l'AFP la porte-parole du HCR pour le Yémen, Shabia Mantoo. L'organisme avait dans un premier temps fait état d'un chiffre de près de 45'000 déplacés.

Il s'agit d'une nette augmentation par rapport au chiffre de 34'000 déplacés depuis janvier, qui avait été cité par le HCR le 10 février.

Parmi les civils forcés de fuir, nombreux sont ceux qui ont pris la direction des provinces d'Ibb, au nord-est, et de Hodeida, au nord, où se trouve le plus grand port yéménite sur la mer Rouge. "Quelque 8000 personnes ont été déplacées vers Hodeida, sans le moindre bagage", a dit Shabia Mantoo.

Vaste offensive

Les forces progouvernementales yéménites, appuyées par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, ont lancé début janvier une vaste offensive pour reprendre toutes les zones côtières de l'ouest du Yémen aux rebelles chiites Houthis. Ces derniers sont accusés d'être soutenus par l'Iran.

La ville de Mokha, important port sur la mer Rouge, a été reprise début février par les forces progouvernementales. Elles en ont chassé les rebelles Houthis, au prix de combats ayant fait des centaines de morts de part et d'autre.

Des affrontements continuent de faire rage à l'est de Mokha et plus au nord où les forces progouvernementales tentent d'avancer vers la province de Hodeida et la ville du même nom.

Inquiètude

L'inquiétude grandit parmi les travailleurs humanitaires qui se demandent où les déplacés iront si les combats atteignent le grand port de Hodeida. "L'ensemble du pays souffre de déplacements multiples" de civils, a dit la porte-parole du HCR lors d'une interview téléphonique. "Les gens bougent d'un endroit à un autre mais, finalement, la situation devient aussi mauvaise" qu'à l'endroit initial, a-t-elle déploré.

Parmi les trois millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays, un million essaient de revenir chez elles, a-t-elle précisé.

Le conflit au Yémen s'est aggravé avec l'intervention militaire en mars 2015 d'une coalition arabe sous commandement saoudien pour aider les forces progouvernementales à chasser les Houthis et leurs alliés qui ont pris le contrôle de la capitale Sanaa et de vastes régions du pays.

Des frappes aériennes de la coalition sur l'île de Kamaran, au nord de Hodeida, ont tué 15 rebelles et blessé 11 autres mercredi, ont indiqué des sources militaire et médicale. Cinq autres rebelles ont été tués dans un raid aérien qui a visé un véhicule près d'Hodeida, selon un responsable militaire et un médecin de l'hôpital Thawra, à Hodeida.

ATS

 Toute l'actu en bref