Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

De violents affrontements ont fait plus d'une vingtaine de morts samedi dans la capitale yéménite Sanaa. Dans le sud du pays un nouveau raid aérien, apparemment américain, a tué neuf membres présumés d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA).

Au moins douze protestataires ont péri sous les balles des forces de sécurité à Sanaa lors d'une manifestation appelant au départ du président Ali Abdallah Saleh. Les forces ont aussi fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau pour disperser les centaines de milliers de participants. Une centaine de personnes ont été blessées.

La foule s'est dispersée dans l'après-midi et des partisans du régime, des civils en armes, ont arrêté des dizaines de manifestants, selon le comité d'organisation des jeunes protestataires.

Obus et armes automatiques

Dans le même temps, de violents affrontements à l'arme automatique et aux obus, ont opposé des combattants de tribus rivales pro et anti-Saleh dans le nord de Sanaa. Dix combattants de la puissante tribu des Hached de Sadek al-Ahmar, rallié à la contestation, ont été tués.

Malgré des mois de protestations populaires et des pressions internationales et régionales, M. Saleh, au pouvoir depuis 33 ans et accusé de corruption et de népotisme, refuse de partir. Il avait été blessé dans une attaque contre son palais le 3 juin et hospitalisé en Arabie saoudite avant de regagner son pays fin septembre.

ATS