Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dix-neuf soldats ont péri samedi à Aden, principale ville du sud du Yémen, suite à une fusillade et un attentat-suicide à la voiture piégée visant leur quartier général. Un responsable de la sécurité a pointé du doigt Al-Qaïda.

"Le bilan s'élève à 19 soldats tués. Neuf soldats et trois civils ont pour leur part été blessés", a déclaré ce responsable, qui avait fait état précédemment de quatorze morts. Trois soldats ont péri dans l'explosion d'une "voiture piégée conduite par un kamikaze qui a pénétré dans la cour" du QG.

Les autres soldats ont été tués par des tirs de roquette, de mitrailleuse ou de grenade, selon la même source. "L'attaque est l'oeuvre d'éléments d'Al-Qaïda", a ajouté le responsable sous le couvert de l'anonymat.

Selon lui, les assaillants étaient répartis en deux groupes, l'un visant le côté sud du complexe et l'autre attaquant l'entrée ouest, où se trouve le bâtiment de la télévision publique. Ils ont réussi à prendre la fuite.

Effet de surprise

Les soldats tués par des tirs ont été touchés au niveau de la barrière de ce bâtiment. Beaucoup n'ont pas eu le temps de répliquer, tués par des grenades lancées dans la pièce où ils dormaient.

Neuf soldats ont été blessés ainsi que trois employés de la télévision, dont deux femmes, a indiqué le responsable. Selon des témoins, deux véhicules blindés ont été incendiés à l'entrée des locaux de la télévision.

Les attaques contre les forces de l'ordre sont fréquentes dans le sud du Yémen, où sévissent des militants d'Al-Qaïda mais aussi des séparatistes réclamant une plus grande autonomie pour cette région qui a été indépendante jusqu'en 1990.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS