Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Huit Yéménites ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi puis lundi dans des affrontements dans plusieurs villes du pays. De son côté, le président Ali Abdallah Saleh a affirmé lundi accueillir favorablement la résolution de l'ONU, sans s'engager formellement à céder le pouvoir comme le lui demande ce texte.

Au total, deux membres de la tribu de cheikh Sadek al-Ahmar, opposé au président Ali Abdallah Saleh, ont été tués et 14 autres blessés dans des combats avec les troupes loyalistes dans le nord de Sanaa, selon une source tribale.

Les combats dans Sanaa entre partisans et adversaires du régime avaient déjà fait une vingtaine de tués et des dizaines de blessés samedi.

Suggestion par Saleh

La flambée de violence à Sanaa a suivi l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité vendredi, demandant au président Saleh de quitter le pouvoir et de mettre fin à la répression.

Ali Abdallah Saleh a dit lundi accueillir favorablement la résolution de l'ONU, écrit l'agence officielle SABA.

L'agence affirme que cette résolution ne fait que reprendre un décret d'Ali Abdallah Saleh en date du 12 septembre prévoyant de "trouver une solution politique et acceptable pour toutes les parties et garantir un transfert pacifique et démocratique du pouvoir par une élection présidentielle anticipée".

Départ immédiat exigé

L'opposition yéménite insiste sur un départ immédiat d'Ali Abdallah Saleh qui est contesté dans la rue depuis fin janvier.

La résolution 2014 adoptée vendredi "encourage" le chef de l'Etat à signer un plan des monarchies arabes membres du CCG, qui prévoit sa démission en échange d'une immunité pour lui-même et ses proches.

ATS