L'ONU a pu vacciner plus de 300'000 personnes ces derniers jours contre le choléra au Yémen. Cette seconde campagne, entamée fin septembre grâce à une trêve, s'est achevée vendredi, ont dit vendredi à Genève le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'OMS.

"Nous sommes reconnaissants pour la trêve dans les affrontements" pour permettre cette vaccination, estime le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus.

En un an et demi, plus d'1,2 million de cas suspects ont été observés. Et plus de 2500 victimes. La seconde campagne de vaccination a porté sur des sites dans la région d'Hodeïdah, où arrive une importante partie de l'assistance humanitaire au Yémen, et d'Ibb.

Davantage de personnes devront être prise en charge avant la fin de l'année, a précisé devant la presse un porte-parole de l'UNICEF. Plus de la moitié des cas suspects a affecté des enfants. A Hodeïdah, seule la moitié des centres de santé oeuvrent en raison des violences. Le conflit au Yémen a fait au moins 10'000 victimes, selon l'ONU.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.