Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Treize manifestants ont été tués et 50 blessés samedi à Sanaa lors d'une marche de protestation, selon un nouveau bilan obtenu dimanche. Ils ont péri dans une attaque lancée par des forces de sécurité et des partisans armés du président yéménite Ali Abdallah Saleh.

Un précédent bilan faisait état de neuf tués et de dizaines de blessés. Les forces de sécurité ont ouvert le feu et usé de gaz lacrymogène et de canons à eau pour empêcher la progression de dizaines de milliers de personnes participant à une marche réclamant le jugement du président Saleh.

Après avoir parcouru à pied 270 km depuis Taëz (sud-ouest), les protestataires sont arrivés sur la place du Changement, où ils ont été rejoints massivement par des habitants de Sanaa. 150 manifestants ont également souffert de problèmes respiratoires pour avoir inhalé du gaz lacrymogène.

Nouvelle marche prévue

Une manifestation de protestation contre l'intervention sanglante des forces fidèles à M. Saleh est prévue dimanche en milieu de journée à Sanaa, selon des jeunes protestataires qui campent depuis février sur la place du Changement.

Le président yéménite Ali Abdallah Saleh a de son côté annoncé samedi son départ prochain pour les Etats-Unis, sans préciser à quelle date. Celui qui a signé le mois dernier un accord de transfert de ses pouvoirs à son vice-président, Abd-Rabbu Mansour Hadi, jusqu'à une élection présidentielle anticipée fixée en février 2012, a expliqué vouloir permettre au gouvernement intérimaire de travailler dans la sérénité.

Il a été blessé début juin dans le bombardement de son palais, à Sanaa, et a dû être hospitalisé pendant plus de trois mois en Arabie saoudite.

ATS