Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 133 personnes ont été tuées en deux jours dans des combats entre l'armée yéménite et Al-Qaïda, selon des sources militaires. Des combattants du réseau terroriste, estimés à environ 300, ont lancé lundi l'assaut contre Loder et assiège la ville depuis lors.

Les affrontements auraient fait à cet endroit 124 morts en 48 heures, un peu plus d'une centaine dans les rangs des extrémistes, et une quinzaine parmi les supplétifs des Comités de résistance populaire, qui épaulent l'armée.

Loder est un carrefour stratégique entre les provinces de Chabwa, Bayda et Lahej où opère le groupe extrémiste. De par sa topographie montagneuse, la ville constitue un abri naturel contre les raids aériens et les bombardements venant de la mer. En 2010, Al-Qaïda avait déjà pris le contrôle de Loder, avant d'en être chassé par les forces armées

Al-Qaïda se renforce

Neuf militaires ont par ailleurs été tués et huit blessés lors d'une attaque à l'arme automatique contre un poste militaire sur une route désertique reliant les provinces de Marib et de Hadramout, a indiqué une source militaire.

Al-Qaïda a renforcé sa présence dans le sud et l'est du Yémen, profitant de l'affaiblissement du pouvoir central à la faveur d'un soulèvement populaire qui a duré plus d'un an et abouti au départ du président Ali Abdallah Saleh.

Les détracteurs de l'ancien président l'accusent de manipuler en sous-main les islamistes pour affaiblir le nouveau pouvoir, alors que ses proches qui contrôlent les organes de sécurité refusent les ordres du nouveau président, Abd Rabbo Mansour Hadi.

ATS