Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quatre manifestants ont été tués jeudi par des tirs de partisans du président yéménite Ali Abdallah Saleh, selon une source médicale. Ils prenaient part à un rassemblement réclamant la traduction en justice du dirigeant, après la signature d'un accord sur le transfert de pouvoir.

Les manifestants protestaient contre le fait que l'accord signé mercredi soir à Ryad accorde l'immunité au président Saleh et à ses proches.

Quatre d'entre eux ont été tués et 27 autres blessés par des tirs de civils armés fidèles au chef de l'Etat, selon un bilan de l'hôpital de campagne installé par les protestataires sur la Place du Changement.

"Pas de garanties, traduction en justice" du président, scandaient les milliers de jeunes qui étaient partis de la Place du Changement, où ils campent depuis neuf mois pour réclamer la démission du chef de l'Etat.

Délai de trois mois

Les tirs les ont visés lorsqu'ils sont arrivés rue Zoubeiri, ligne de démarcation entre les zones tenues par les militaires dissidents qui protègent la Place du Changement et les secteurs de Sanaa contrôlés par les forces fidèles à M. Saleh.

Le président contesté, au pouvoir depuis 33 ans, a signé mercredi soir à Ryad un accord de sortie de crise avec l'opposition parlementaire. En vertu de cet accord, M. Saleh doit quitter le pouvoir dans un délai de trois mois.

ATS