Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les attentats djihadistes visent principalement les forces gouvernementales qui se sont repliées dans le sud depuis qu'elles ont été chassées de la capitale Sanaa en septembre 2014 par les Houthis, soutenus par l'Iran (archives).

KEYSTONE/EPA/STRINGER

(sda-ats)

Sept personnes ont été tuées et 15 autres blessées mardi à Aden dans un attentat suicide contre un centre de formation de soldats yéménites géré par les Emirats arabes unis (EAU). L'attaque a été revendiquée par l'organisation Etat islamique (EI).

Elle s'était déjà attribuée le mois dernier la responsabilité d'une attaque ayant fait 14 morts au siège d'une unité antiterroriste dans la grande ville portuaire.

L'attentat, dans le nord d'Aden, a visé un centre d'approvisionnement en produits alimentaires de la force de sécurité appelée "Cordon de sécurité" et soutenue par les Emirats arabes unis, a précisé ce responsable. Parmi les victimes figurent également des employés civils du centre.

Trente personnes ont aussi été blessées, dont des passants, a-t-il ajouté, révisant à la hausse un premier bilan de cinq morts et 18 blessés. Un vidéaste de l'AFP qui s'est rendu sur place a dénombré au moins cinq victimes. Le bâtiment et de nombreux véhicules ont subi d'importants dégâts.

"Vassal des Emirats"

L'EI a revendiqué l'attentat en indiquant dans un communiqué. Peu auparavant, son agence de propagande Amaq avait indiqué que l'attaque avait visé un centre de la force du "Cordon de sécurité, vassal des Emirats arabes unis" dans la zone d'Al-Darine à Al-Mansourah, grand quartier du nord d'Aden.

Ces dernières années, Aden a été le théâtre d'une série d'attentats ayant tué des centaines de personnes, certains ayant été revendiqués par l'EI, d'autres par Al-Qaïda. Les djihadistes ont principalement visé les forces gouvernementales qui se sont repliées dans le Sud depuis qu'elles ont été chassées de la capitale Sanaa en septembre 2014 par les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran.

En mars 2015, une coalition dominée par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis est intervenue au Yémen pour aider le pouvoir du président Hadi à combattre les rebelles. La mission s'est élargie pour inclure des opérations contre des groupes djihadistes qui ont exploité le chaos provoqué par la guerre pour renforcer leur présence dans le sud du Yémen.

La guerre au Yémen a fait quelque 9300 morts et plus de 53'000 blessés, dont de nombreux civils. Elle a placé des régions au bord de la famine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS