Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après avoir vécu des périodes "compliquées" à Montréal et à Toronto, Yannick Weber a trouvé son bonheur à Nashville. Le natif de Morges s'affirme à 28 ans comme un tout grand défenseur.

L'ancien pigiste de Genève-Servette forme avec Matt Irwin la troisième paire des Predators, qui tenteront jeudi de prendre la main dans la finale de la Coupe Stanley qui les oppose à Pittsburgh. On en est à 2-2 dans cette série au cours de laquelle aucune équipe n'est parvenue, pour l'instant, à s'imposer à l'extérieur.

"Pittsburgh possède un potentiel offensif redoutable, souligne Yannick Weber. Jeudi, nous devrons témoigner d'une très grande rigueur, et devrons aussi pouvoir compter sur un grand gardien.. Lors des deux derniers matches, Pekka Rinne a réussi les parades qu'il fallait dans les moments où il le fallait."

Considéré surtout comme un défenseur porté vers l'attaque, le Bernois s'est littéralement métamorphosé à Nashville. "Si je voulais rester en NHL, je devais en premier lieu mieux défendre, reconnaît-il. J'ai la chance de m'entendre parfaitement avec Matt Irwin. Je joue aujourd'hui avec une énorme confiance. Je sais aussi que l'on exige moins de moi en phase offensive, notamment lors du jeu de puissance. Notre système se marie parfaitement avec mon jeu. Etre capable de bien défendre contre n'importe quelle équipe de NHL suscite en moi une très grande fierté."

"Weber et Irwin tiennent parfaitement leur rôle, lâche Roman Josi, l'autre défenseur bernois des Predators. A chaque fois qu'ils griffent la glace, tu sais qu'ils vont faire le job. Il convient d'insister vraiment sur l'importance de ces deux hommes dans le bon équilibre de l'équipe."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS