Toute l'actu en bref

Le Kényan William Yegon a fait tomber le record du parcours du marathon de Genève en 2h10'33. Il n'a pas réussi à briser la "barrière" des 2h10' comme espéré.

A 34 ans, cet adepte de courses sur le continent asiatique a remporté son premier marathon en Europe, son 4e en tout, tandis que l'Ethiopienne Megersa Motu s'imposait chez les femmes.

Jusque vers le 37e km, Yegon courait sur les bases d'un chrono final autour des 2h08', après avoir été très bien emmené par le lièvre. Mais il a perdu beaucoup de temps sur les cinq derniers kilomètres: "Il n'y avait plus de ravitaillement en eau après le 37e km. Parcourir les cinq derniers kilomètres 'à sec' a été très difficile", a expliqué le Kényan, fier de sa performance.

Cet athlète est un métronome. Il a couru pour la quatrième fois entre 2h10' et 2h11''. Son terrain de chasse habituel se situe sur les marathons en Israël (deux succès à Tel-Aviv), en Chine (une victoire et une 2e place à Heifei) et en Inde (4e à Pune en début d'année).

A Genève, il a trouvé des conditions météo plus propices. Il lui a manqué 34 secondes pour toucher la prime de 2000 dollars promise pour un chrono sous 2h10'. Mais il se satisfait largement des 10'000 dollars octroyés au vainqueur (l'équivalent de ce qu'il a gagné en Chine) et d'avoir abaissé de 27'' le record de l'épreuve de son compatriote Simon Mukun. Yegon devrait revenir l'an prochain pour viser les 2h08'-2h09'.

Les Kényans ont réalisé le triplé, avec la 2e place d'Eliud Magut (2h11'37) et la 3e de Duncan Maiyo (2h14'14).

L'absence des meilleurs Suisses et même des meilleurs Genevois a enlevé un peu de piment, mais les organisateurs veulent y remédier. Ils promettent d'attirer une partie de l'élite nationale à l'horizon 2018-19, avec le concours de Tadesse Abraham, le Genevois champion d'Europe de semi-marathon, qui a d'excellents contacts outre-Sarine.

Abraham était présent dimanche pour donner l'échauffement aux populaires. Il est encore convalescent après sa fracture de fatigue. Il prévoit sa grande rentrée en septembre-octobre, peut-être au marathon de Berlin.

La course féminine a donné lieu à un mano a mano serré. L'Ethiopienne Megersa Motu, 3e du marathon de Barcelone l'an dernier, a pris le meilleur sur la fin sur les Kényanes Ruth Wanjiru (2e) et Jane Kiptoo, double tenante du titre, 3e. En 2h40'46, Motu n'a pas menacé le record (2h32'34). "Il faisait froid", a-t-elle soufflé.

Au total, les huit épreuves au programme, sur deux jours, ont rassemblé 17'400 coureurs inscrits, un record, dont environ 2300 sur le marathon.

ATS

 Toute l'actu en bref