Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Yongki, un célèbre éléphant de Sumatra, espèce menacée, a été tué et dépouillé de ses défenses, a annoncé lundi un responsable du parc national où vivait l'animal. Sa mort a suscité des réactions de colère sur les réseaux sociaux.

Âgé de 35 ans, Yongki, un éléphant dressé, participait à des patrouilles visant à empêcher les pachydermes sauvages de saccager les villages et à lutter contre les braconniers qui menacent les animaux des forêts tropicales indonésiennes. La dépouille de l'animal a été retrouvée vendredi près du camp où il vivait, dans l'ouest de l'île de Sumatra, a indiqué un responsable du parc.

Ses défenses longues d'un mètre avaient été tranchées et ses pattes portaient les traces des chaînes utilisées par ses dresseurs pour s'assurer qu'il ne quitte pas le camp.

Empoisonnement

Le cadavre n'arborait aucune trace de blessure par balle, mais sa langue était bleue, suggérant que l'animal aurait pu être empoisonné.

Le nombre d'éléphants de Sumatra à l'état sauvage est estimé à moins de 3000. Ils sont souvent la cible de braconniers en raison de leurs défenses, vendues à prix d'or pour être utilisées dans la médecine traditionnelle chinoise.

L'union internationale pour la conservation de la nature, une ONG, classe l'éléphant de Sumatra parmi les espèces menacées de disparition.

ATS