Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cueillis en deux minutes à l'instant même où la partie pouvait basculer en leur faveur: les Young Boys n'ont pas été vernis dans l'un des matches les plus importants de leur histoire.

Battus 3-1 au Stade de Suisse par le Borussia Mönchengladbach en match aller des barrages de la Ligue des Champions, les Young Boys ne peuvent plus rêver. Ils ne seront pas en septembre prochain la cinquième équipe suisse à participer à la phase de poules si lucrative de la Ligue des Champions. Cette défaite bien cruelle leur ôte toute chance de qualification avant le match retour mercredi prochain en Allemagne. Leur avenir s'inscrira donc en Europa League.

Comme pour coller pleinement à leur étiquette de losers éternels, les Bernois ont concédé le 2-1 à la 67e minute sur une action d'une très grande confusion qui a fait le bonheur de Hahn, lequel venait d'entrer quelques instants plus tôt. Deux minutes plus tard, Raffael envoyait les Young Boys au tapis cette fois pour le compte sur une volée qui ne devait rien à personne. Déjà buteur à la 11e minute, l'ancien joueur de Chiasso et du FC Zurich aura été le grand homme de la soirée.

L'autre Hazard

Dans la famille Hazard, Eden n'est pas le seul à être en jambes en ce début de saison. Au lendemain de l'excellente performance de son aîné contre West Ham, Thorgan a démontré au Stade de Suisse qu'il était également un attaquant de grande valeur. C'est lui qui fut, en effet, à l'origine de l'ouverture du score à la 11e minute avec une accélération qui a permis à Raffael de se retrouver en position de tir à l'orée de la surface. Le Brésilien a exploité ce service en or avec une frappe imparable au ras du sol.

Etre mené au score aussi tôt dans la rencontre était bien le pire scénario pour les Young Boys. Fort de cet avantage, le Borussia pouvait ainsi jouer très vite sur du velours alors que ce match était bien pour lui le match de tous les dangers. Ne s'agissait-il pas pour Gladbach de sa première rencontre officielle de l'année qui se déroulait de surcroît sur une pelouse artificielle ? Une pelouse que les Bernois avaient d'ailleurs copieusement arrosée avant le coup d'envoi pour favoriser un jeu très rapide...

Même s'il a fallu attendre la 44e minute pour que se dessine la première véritable occasion du match pour les Young Boys avec une frappe de Hoarau qui frôlait le poteau droit de Sommer, les Young Boys ne méritaient pas de regagner les vestiaires à la pause sur ce score de 0-1. Malgré l'absence du métronome Sanogo, ils avaient, en effet, gagné la bataille du milieu face à un Mönchengladbach articulé en 3-5-2. Titulaire un peu contre toute attente sur le flanc droit de la défense allemande, Nico Elvedi a parfaitement tenu son rôle face aux Sulejmani, Kubo et autre Ravet. Comme pour signifier au public du Stade de Suisse que sa présence dans la liste des vingt-trois sélectionnés de Vladimir Petkovic à l'Euro n'était pas usurpée.

Ravet: une éclatante confirmation

A la reprise, l'ascendant exercé par les Bernois était encore plus marqué. Et c'est presque comme un fruit mûr que l'égalisation tombait à la 56e sur une action magnifique conclue par Sulejmani qui a surgi sur le centre parfait de Ravet. Ce dernier a prouvé le soir où il le devait qu'il était bien un joueur de grande valeur, ce demi offensif méconnu en France mais si brillant en Suisse depuis trois ans. Huit minutes plus tard, c'est Hoarau, l'autre Français de l'équipe, qui aurait dû donner l'avantage aux Bernois avec une tête croisée qui laissait Sommer sans réaction. Mais le ballon frôlait encore une fois le poteau. Le capitaine des Young Boys était bien maudit mardi soir.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS