Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le vice-président de l'UDC Yvan Perrin démissionne de son poste à la police cantonale de Neuchâtel. "La police et la vice-présidence n'étaient pas compatibles, un choix a donc dû être fait", a indiqué mardi soir le conseiller national dans "Forum", sur la RSR.

"J'ai privilégié l'activité qui me procurait le plus de satisfaction", a souligné M. Perrin. Celui-ci a également fait part de son intention de rester à son poste de vice-président de l'UDC, revenant ainsi sur des propos tenus à la fin septembre dans les médias, où il expliquait être fatigué par une importante charge de travail.

Il avait alors évoqué le nom de la conseillère nationale élue et présidente de l'UDC genevoise Céline Amaudruz pour reprendre le flambeau. Il estime désormais qu'elle devra d'abord apprendre les ficelles du métier de parlementaire. "Dans un premier temps, l'essentiel de son travail sera de s'habituer à être conseillère nationale".

A nouveau d'attaque

Revenant sur des rumeurs de burn-out, M. Perrin a dit être à nouveau d'attaque pour assurer la vice-présidence. "Ces derniers temps j'ai eu des congés. Je suis à nouveau très en forme, ça va beaucoup mieux".

Il a toutefois concédé avoir été fatigué: "parce que le congé sabbatique que j'avais réclamé m'a été refusé". "Du coup, cette campagne m'a vraiment épuisé". Le fait de ne plus travailler à la police lui permettra cependant de libérer du temps pour le parti.

Enquête disciplinaire

M. Perrin avait déjà annoncé sa volonté de démissionner de son poste d'inspecteur à la police cantonale neuchâteloise en août dernier. Cette annonce faisait suite à l'ouverture d'une enquête disciplinaire à son encontre par le ministre socialiste de la police Jean Studer.

La procédure porte sur des propos tenus par M. Perrin en mai à la RSR et en juin dans la presse. Il avait indiqué pouvoir imaginer recourir à des moyens illégaux, comme la torture dans des situations particulières, par exemple, pour sauver un enfant ou sa compagne.

ATS