Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A l'ouverture de la conférence internationale du travail, mercredi à Genève, le directeur général du BIT Juan Somavia a tiré la sonnette d'alarme. Les politiques d'austérité dans la zone euro pourraient provoquer des réactions extrêmes, a-t-il déclaré.

"Des politiques extrêmes pour affronter la crise dans la zone euro pourraient produire des réactions extrêmes", a averti le directeur général du Bureau international du travail (BIT), devant les 4000 délégués réunis pour la conférence annuelle de l'organisation jusqu'au 14 juin.

"Donner confiance seulement aux opérateurs financiers tout en perdant le soutien de la population non seulement accentue la spirale économique vers le bas, mais ouvre aussi la voie à des solutions extrêmes", a ajouté M. Somavia.

"Les mesures prises jusqu'ici n'ont pas réussi à réduire l'endettement public. Elles ont eu un coût social qui devra également être payé", a poursuivi le responsable du BIT.

Régression

Ce dernier a souligné que les pays européens qui ont été soumis aux conditions de redressement les plus dures régressaient sur le plan des valeurs fondamentales défendues par le BIT.

"Les politiques d'austérité comme seule solution à la consolidation fiscale conduisent à la stagnation économique, aux pertes d'emplois, à une protection réduite et à des coûts sociaux importants", a estimé M. Somavia.

"Nous sommes arrivés à un point critique où il est nécessaire de changer de politique", a-t-il conclu.

Nombreux invités

La conférence a ensuite entendu la présidente du Costa Rica Laura Chinchilla Miranda. Le 14 juin, la Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi s'adressera aux délégués des 185 Etats membres du BIT.

Plusieurs autres personnalités effectueront le déplacement de Genève, à l'occasion de la conférence: lea présidents de l'Italie Giorgio Napolitano, du Panama Ricardo Martinelli, du Pérou Ollanta Humal, de la Tunisie Moncef Marzouki et de Zambie Michael Sata.

Le chef du Département fédéral de l'économie (DFE) Johann Schneider-Ammann participera à la conférence le 12 juin.

ATS