Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Johannesburg - Le président Jacob Zuma a appelé jeudi "au calme et à l'unité" face à la menace de nouvelles violences xénophobes en Afrique du Sud maintenant que la Coupe du monde de football est finie. Cette menace a déjà provoqué la fuite d'immigrés venant d'autres pays africains.
"Isolons tous les éléments qui nourrissent de sinistres desseins, qui pourraient vouloir créer le chaos et répandre la douleur et la destruction dans les communautés, notamment d'étrangers résidant dans notre pays", a dit Zuma dans un communiqué.
L'inquiétude quand à une nouvelle vague de violences s'est réveillée sitôt le coup de sifflet final du Mondial donné. La police a dû intervenir dès le lendemain, lundi, dans des "townships" de la région du Cap à la suite d'attaques et de menaces visant des immigrés.
L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a rapporté mardi que des familles de Zimbabwéens fuyaient le pays. Il y a deux ans, les violences xénophobes avaient fait 62 morts et laissé plus de 100 000 personnes sans abri.
La police a délaissé les stades pour patrouiller dans les "townships" et les dirigeants sud-africains assurent que les mêmes incidents ne se reproduiront pas. Mais beaucoup de migrants redoutent la disparition de l'esprit d'unité africaine qui s'est emparé du pays durant le premier Mondial organisé sur le continent.
Les étrangers sont notamment accusés de prendre les emplois des locaux, alors que le taux de chômage est de 25%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS