Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police a évacué mardi matin le camp des indignés de Zurich. Environ 30 militants qui ont résisté pacifiquement à leur expulsion, ont été emmenés au poste avant d'être relâchés. Ils ont trouvé refuge dans une église et comptent y rester au minimum jusqu'au 5 janvier.

Les militants se sont engagés à poursuivre leur mouvement de manière pacifique, sans déranger les visiteurs de l'église St-Jacques ni aucun de ses cultes. La paroisse leur a mis à disposition le foyer, le parvis et les toilettes. Le domaine étant privé, la police ne peut pas intervenir.

Mardi matin, quelque 80 policiers sont arrivés peu après 08h00 au Lindenhof, le parc où campaient les indignés depuis un mois. Ils ont donné 20 minutes aux activistes pour partir de leur plein gré. Si certains ont saisi l'opportunité, une trentaine de militants se sont assis en cercle fermé en guise de résistance.

3,5 tonnes de déchets

Les policiers ont dû les porter vers leurs fourgonnettes. Certains ont été menottés. Les quelque 40 tentes ont été fouillées puis pliées. La voirie a ramassé 3,5 tonnes de déchets.

Le coût de l'intervention n'a pas encore été calculé mais il devrait s'élever à environ 10'000 francs, a indiqué la police. Elle ne sait pas encore qui réglera la note.

L'intervention s'est déroulée "absolument pacifiquement et de manière proportionnée", a souligné la police. Selon une militante, les agents ont usé de spray au poivre et de gaz lacrymogène.

31 dénonciations

En tout, 31 personnes ont été dénoncées pour opposition à un acte d'autorité. Elles ont reçu une amende de 500 francs et une interdiction de se rendre en vieille ville et à la Paradeplatz pendant 24 heures. Une Suissesse de 26 ans a été dénoncée auprès du Ministère public pour violence et menace envers un fonctionnaire.

A Genève, la ville continue de les tolérer. Les militants avaient monté une trentaine de tentes devant le Mur des réformateurs, mais ont dû se déplacer de l'autre côté du Parc des Bastions à cause de la préparation de la course de l'Escalade.

ATS