Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de 700 personnes ont participé samedi au Fraumünster de Zurich à un hommage funèbre au fondateur des éditions Diogènes, le Suisse Daniel Keel, décédé il y a près d'un mois à l'âge de 80 ans. Des auteurs du monde entier et de nombreuses personnalités étaient présent.

Parmi ces dernières, figuraient la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et son prédécesseur Moritz Leuenberger. Ami personnel du défunt, l'écrivain suisse Urs Widmer a prononcé l'oraison. Il a précisé que ceux qui ont rencontré Daniel Keel ces derniers temps n'ont pas été surpris par son décès.

Directeur jusqu'à sa mort de la maison d'édition qu'il avait fondée en 1952, Daniel Keel ne s'était jamais remis du décès de son épouse, partie une année avant lui, à trois jours près.

Prêt de 5000 francs

Daniel Keel était né le 10 octobre 1930 à Einsiedeln (SZ). Après un apprentissage de libraire, il voyage notamment à Paris, Francfort, Munich et Londres. En 1952, grâce à 5000 francs prêtés par son père, il édite son premier livre. En 1983, il s'intéresse à un auteur alors inconnu: Patrick Süskind. En près de 60 ans, il aura publié plus de 5800 titres pour un total de près de 190 millions d'exemplaires.

Les éditions Diogènes disposent des droits mondiaux d'écrivains de grande notoriété tels Friedrich Dürrenmatt, Hugo Loetscher, Urs Widmer, Federico Fellini et Patricia Highsmith. Daniel Keel avait notamment reçu le "Prix suisse du livre" 2010. En juillet dernier, le ministre français de la culture Frédéric Mitterrand l'avait fait Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres.

ATS