Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'entreprise de constructions métalliques Zwahlen & Mayr, basée à Aigle (VD), a creusé sa perte au premier semestre 2015. Celle-ci s'est établie à 2,82 millions de francs, contre 977'000 francs un an plus tôt. Le groupe va procéder à des licenciements.

Une croissance mondiale décevante, ainsi que l'appréciation du franc expliquent cette contre-performance, indique vendredi le groupe vaudois dans son rapport d'activité. Ce dernier avait déjà publié un avertissement sur résultats en juin dernier.

Le chiffre d'affaires a en revanche progressé de 8,3% à 34,2 millions de francs. Au niveau opérationnel, la perte brute (EBITDA), a atteint 1,84 million, soit plus de 30 fois celle de l'année précédente. La perte d'exploitation (EBIT) a été multipliée par trois à 3,02 millions.

La direction rappelle avoir adopté une volée de mesures visant les avantages sociaux de ses employés. Le temps de travail hebdomadaire a notamment été porté à 45 heures, une semaine de vacances par année supprimée, les avantages sociaux liés à la couverture d'assurance en cas de maladie biffés et le salaire brut annuel élagué de 5%.

Licenciements inévitables

Cette politique de rationalisation va être poursuivie, notamment en raison de la faiblesse persistante des marchés français et suisse dans le domaine de la construction métallique, couplée à une compétition toujours plus marquée. Le conseil d'administration a ainsi décidé de rationaliser l'unité de constructions métalliques et d'optimiser les synergies avec l'actionnaire majoritaire. Des licenciements s'annoncent inévitables.

Malgré les diverses mesures entreprises et un deuxième semestre qui montre davantage de signaux positifs, Zwahlen & Mayr ne s'attend pas à un retour dans les chiffres positifs avant 2016.

Le groupe vaudois annonce par ailleurs la démission avec effet immédiat de Jean-Claude Badoux de son poste de président du conseil d'administration. Luigi Mion va assurer dès à présent la charge de CEO, mais Eric Aigroz restera directeur général de la société.

ATS