Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Trintignant père et fille se donnent la réplique

Un père, sa fille, un homme.

(SP)

Sur les scènes romandes, les deux stars jouent «Comédie sur un quai de gare».

Une pièce que leur ami Samuel Benchetrit a écrite et mise en scène pour eux. Joli moment de poésie.

Sur le fil ténu qui sépare réalité et fiction, Jean-Louis Trintignant et sa fille Marie marchent avec l'agilité des équilibristes. Ces deux-là pratiquent leur art avec un tel naturel que chacun dans le public y trouve sa part.

D'autant que les deux stars jouent les rôles d'un père et de sa fille dans «Comédie sur un quai de gare» présentée en tournée romande, à Genève, Neuchâtel et Morges. L'auteur et metteur en scène de cette «Comédie» est Samuel Benchetrit, complice des Trintignant au théâtre comme dans la vie. C'est dire qu'il leur a taillé une pièce sur mesure.

D'une situation banale, il fait un moment de poésie. L'histoire? Celle d'une jeune fille célibataire, Michelle, et de son géniteur, Charles. Lequel se retourne sur sa vie à l'approche de la mort et veut trouver à sa fille un compagnon de route. Entendez un mari. L'occasion se présente sur un quai de gare où tous deux attendent le train de Paris, en retard.

Stranger in the Night

Décor idoine d'une station des chemins de fer, avec son éclairage glauque, ses murs défraîchis et son haut-parleur qui diffuse des informations et prend le public par surprise avec la chanson «Stranger in the Night».

L'étranger en question occupe l'une des banquettes à l'avant-scène. Il se nomme Vincent et ne sait pas encore que Charles et Michelle, assis près de lui, vont dévier le cours de sa destinée.

Combien de pères seraient-ils prêts aujourd'hui à jouer les entremetteurs pour réchauffer le cœur de leur fille? L'auteur pose en s'amusant cette question à laquelle il répond par une comédie douce-amère. L'affection que Charles porte à sa fille paraît par moments incestueuse, par d'autres purement filiale.

On se demande parfois si le père n'est pas un voyeur amusé par sa propre curiosité. Comme dans cette scène où Charles observe Vincent qui embrasse passionnément sa fille. L'interprétation épouse les fluctuations de la pièce, qui multiplie les ruptures de ton, d'enjeu, d'atmosphère.

Sans avoir l'air d'y toucher, les comédiens passent du bonheur à l'inquiétude, du lyrisme au scepticisme. Avec toujours cette pointe d'humour qui bannit le désespoir.

swissinfo/Ghania Adamo

«Comédie sur un quai de gare». Genève, BFM, le 11 février Tel: 0900 552 333. Neuchâtel, Théâtre du Passage, 12 et 13 février. Tel: 032/717 79 07. Morges, Théâtre de Beausobre, le 5 mars. Tel: 021/804 97 16


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×