Navigation

Trois Chinois inculpés pour avoir piraté des avocats américains

Les trois Chinois avaient introduit un ver informatique dans les systèmes informatiques de plusieurs cabinets d'avocats d'affaires spécialisés dans les fusions et acquisitions (archives). KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI sda-ats
Ce contenu a été publié le 28 décembre 2016 - 00:20
(Keystone-ATS)

Trois Chinois ont été inculpés aux Etats-Unis pour avoir piraté les systèmes informatiques de cabinets d'avocats. Ils avaient ainsi obtenu des informations confidentielles leur permettant de réaliser de juteuses opérations en bourse.

Les inculpés ont réussi à introduire un ver informatique dans les systèmes informatiques de plusieurs cabinets d'avocats d'affaires spécialisés en fusions et acquisitions, ont indiqué mardi les services du procureur fédéral de New York. Ils ont pu ainsi obtenir des informations confidentielles sur une douzaine d'opérations entre 2014 et 2015, empochant au total entre 3 et 4 millions de dollars (3,08 et 4,11 milliards de francs).

Les noms des cabinets d'avocats n'ont pas été révélés, mais les délits d'initiés ont porté sur l'acquisition du fabricant de médicaments Intermune, acquis en 2014 par l'Allemand Roche, sur celle d'Altera en 2015 par Intel (microprocesseurs), puis sur celle de Borderfree par Pitney Bowes (logiciels informatiques) la même année.

"Ce cas doit servir de sonnette d'alarme pour les cabinets d'avocats dans le monde. Ils sont et seront la cible de pirates informatiques, car ils possèdent des informations importantes pour les criminels potentiels", a affirmé le procureur dans un communiqué.

Selon le communiqué, l'un des accusés, né à Macao, a été arrêté à Hong Kong et devrait être extradé. Les deux autres, l'un également né à Macao et l'autre, un ressortissant de Chine continentale, sont encore recherchés, a-t-on précisé de même source.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.