Trois grands clubs latins à la trappe

Endettement, manque de spectateurs, les stades ne sont pas près de se remplir. Keystone Archive

Victimes d'une gestion financière catastrophique, surendettés, Lausanne-Sports, FC Sion et FC Lugano n'ont pas obtenu leur licence de LNA. Ils sont relégués en LNB.

Ce contenu a été publié le 04 juin 2002 - 13:01

En effet, l'autorité de recours en matière de licence de la Ligue nationale suisse de football a rendu son verdict mardi matin, à la Maison du football à Muri, près de Berne.

Pour cause d'endettement et de mauvaise gestion, les clubs de football de Lausanne, Sion et Lugano ont été relégués en Ligue nationale B. Ils devraient être remplacés par Aarau, Delémont et Lucerne en LNA.

Quatre grandes lignes ont guidé l'autorité de recours dans sa démarche. Pour passer la rampe, un club ne devait pas être surendetté. Il devait aussi s'être acquitté des salaires et des charges sociales au 30 avril, présenter un budget raisonnable pour la saison 2002/2003 et, enfin, pouvoir compter sur un minimum de liquidités.

Des finances catastrophiques

Le FC Lugano croule sous une montagne de dettes. Alors qu'il avait avoué environ 20 millions de francs de découvert, il a dû reconnaître vendredi dernier un chiffre bien plus élevé.

Ce ne sont pas moins de 82 millions de francs que des créanciers italiens réclament à la société de gestion comptable d'Helios Jermini, l'ex-président du club tessinois qui s'est suicidé le 7 mars.

Pour le LS, il s'agit également de la conséquence directe d'une situation financière catastrophique. A la recherche de plusieurs millions depuis plus de six mois, le club vaudois présente un surendettement de 2,8 millions de francs.

Pour obtenir sa licence, il aurait fallu que le club vaudois s'acquitte des salaires au 30 avril - ceux du mois de mars ont été payés, mais pas les suivants.

Il aurait aussi fallu que le LS se mette à jour en ce qui concerne le paiement des charges sociales. Ce qu'il n'a pas été en mesure de faire.

Sous perfusion depuis longtemps déjà, le FC Sion, lui, doit faire face à un surendettement qui dépasse largement les 500 000 francs. De plus, le club valaisan est en cruel manque de liquidité. Et, lui aussi, accuse du retard dans le paiement des salaires et des charges sociales.

Un verdict sans surpise

En fait, le verdict qui a été rendu mercredi était attendu. Lugano, Lausanne et Sion ne pouvaient plus échapper à une telle décision.

La surprise est venue du repêchage de Lucerne. Le club de l'Allmend échappe à une relégation sportive qui avait justement sanctionné une gestion calamiteuse.

Motif? Contrairement aux trois autres clubs, Lucerne est en passe de négocier un concordat avec ses créanciers. L'administrateur judiciaire en charge du club a donné toutes les garanties nécessaires.

L'autorité de recours a, toutefois, demandé à la Commission disciplinaire de la Ligue d'enquêter sur le FC Lucerne. L'an dernier, le club avait présenté à l'autorité de recours une fausse garantie à hauteur de 800 000 francs.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article