Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Tsunami: les autorités suisses sont satisfaites

(swissinfo.ch)

Une année après le raz-de-marée en Asie du Sud-Est, et malgré les conséquences dévastatrices, la Suisse a tiré un bilan positif de sa gestion de la crise.

Cinq des 112 victimes suisses n'ont pas encore été retrouvées. Au total 226'000 personnes ont trouvé la mort le 26 décembre 2004 lors de la catastrophe.

«La Suisse s'est bien débrouillée en comparaison avec d'autres Etats», a expliqué vendredi la directrice du Département fédéral (ministère) des Affaires étrangères (DFAE) Micheline Calmy-Rey.

«Les équipes de la Direction du développement et de la coopération (DDC) ont été très rapidement sur place, permettant des secours immédiats», a-t-elle souligné.

Les capacités du DFAE ont été mises à rude épreuve, y compris pour le secours des touristes suisses sur place: 200 personnes ont été engagées du côté du DFAE pour la gestion de la crise, a précisé Micheline Calmy-Rey.

35 millions de francs

Après l'aide d'urgence, la reconstruction est désormais en cours; elle prendra «des années, peut-être une génération», a averti Toni Frisch, chef du Corps suisse d'aide humanitaire (CSA).

La Suisse y consacrera 35 millions de francs d'ici 2007 pour cinq pays placés en priorité (Inde, Indonésie, Maldives, Thaïlande, Sri Lanka).

«Nous étions très vite sur place et nous avons travaillé de manière efficace dès le depart dans cinq pays. Nous sommes d'ailleurs toujours impliqués», a ajouté ce dernier interviewé par swissinfo.

Egalement interviewé par swissinfo, Peter Sutter - chef du Service des Suisses de l'étranger du DFAE - reste encore impressionné par la très forte solidarité helvétique et par le soutien dont à bénéficié son département.

«Le directeur de l'Organisation des Suisses de l'étranger (ASO), Hans-Rudolf Wyder, est venu en personne répondre au téléphone pour le compte de notre hotline», se souvient-il.

Avant d'ajouter: «et ce que notre personnel a Phuket a effectué allait bien au-delà des activités consulaires habituelles».

Une aide rapide et efficace

Le DFAE a aussi décidé plusieurs mesures pour renforcer sa capacité à gérer les crises de grande ampleur. L'objectif primordial est d'apporter une aide rapide et efficace aux Suisses en situation de détresse à l'étranger.

Le département a constitué un pool d'experts de 25 personnes issues du corps diplomatique et des spécialistes de l'aide humanitaire. Ces personnes pourront au besoin renforcer immédiatement l'état-major de crise de la centrale ou les représentations concernées à l'étranger.

Le DFAE a aussi entièrement revu son réseau de contacts avec les acteurs externes dont la collaboration est primordiale en situation de crise: voyagistes, assureurs, aéroports ou encore la compagnie aérienne Swiss.

Une ligne d'urgence

Pour mieux répondre aux proches inquiets, la formation des collaborateurs appelés à desservir la ligne téléphonique d'urgence a été révisée et le nombre de ses employés augmenté de 40 à 60. L'accent a été mis sur l'amélioration des compétences psychosociales.

Le DFAE a également élaboré un formulaire spécifique qui peut être rempli en ligne sur internet par les personnes à la recherche d'un parent. Une nouvelle application informatique accélère et rend plus sûr l'échange de données entre la centrale et les représentations. Celles-ci ont aussi vu leurs équipements techniques améliorés.

Le département souhaite enfin élever le niveau de préparation de ses représentations. Il a mis sur pied à cet effet une formation en «gestion de crise» pour les diplomates, les chefs de bureau de la DDC et les membres du pool d'experts. Les premiers cours seront donnés en 2006.

107 victimes suisses identifiées

Du côté de l'Office fédéral de la police (fedpol), même s'«il n'est pas encore possible de tirer un bilan définitif», Arnold Bolliger s'est félicité de l'«excellente collaboration» entre Confédération, cantons et instituts de médecine légale, qui a permis un engagement rapide et efficace en Thaïlande.

A ce jour, 107 victimes suisses ont été identifiées dans ce pays et cinq sont encore portées disparues, a précisé le vice-directeur de fedpol. Les proches des 112 victimes suisses ont été conviés à une commémoration qui se déroulera samedi prochain au Palais fédéral. Quelque 110 personnes sont attendues à cette réception non ouverte au public.

Au total 830 corps ou restes de corps restent à identifier, alors que 3540 personnes avaient été portées disparues après le raz-de-marée.

Cent quarante-huit personnes en tout ont travaillé à la tâche côté suisse, a précisé Arnold Bolliger. Les trois qui restent à Phuket achèveront leur mission le 21 décembre.

La Suisse mettra ensuite deux spécialistes à disposition des autorités thaïlandaises du 4 janvier au 28 février 2006. Pour l'avenir, fedpol entend se préparer à des engagements à long terme.

swissinfo et les agences

Faits

Le tsunami s'est produit le 26 décembre dernier suite à un séisme de magnitude 9 sur l'échelle ouverte de Richter, avec un épicentre situé au large de l'Ile indonésienne de Sumatra.
Il avait entraîné un raz-de-marée qui a fait 226'000 morts et 125'000 blessés. Environ 2,3 millions de personnes ont été touchées d'une manière ou d'une autre.
Sur les 112 victimes suisses, 107 ont été identifiées et 5 sont toujours portées disparues.
Jusqu'à fin 2007, le gouvernement suisse va accorder 35 millions de francs pour l'aide aux victimes de la catastrophe sur place en Asie.
La Chaîne du Bohneur a récolté 226 millions de francs en faveur des populations victimes de la catastrophe.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.