Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

UEFA: le beau jeu de Nantes a eu raison de Lausanne

A l'image de son équipe du Lausanne-Sports, Sébastien Zambaz est abbatu au coup de sifflet final.

(Keystone)

Devant 14´200 spectateurs, dans un stade de la Pontaise quasi comble, le FC Nantes Atlantique a battu Lausanne-Sports par 3 à 1, en 16èmes de finale de la Coupe UEFA. C'est que les Nantais ont fait valoir leur plus grande maîtrise technique.


La physionomie du match a complètement basculé à la 24ème minute de jeu. Alors que les Lausannois prennent peu à peu confiance, en occupant toute la largeur du terrain, les Nantais récupèrent un ballon perdu à mi-terrain.

Les Bretons donnent alors un coup d'accélérateur. Carrière hérite du cuir et lance sur le flanc droit Ziani qui, après quelques mètres de course, décoche un tir ras de terre, qui passe sous la main du portier lausannois, Rapo. C'est 1 à 0 pour le FC Nantes Atlantique.

Certes, Lausanne réagit bien, mais en vain. Notamment par une reprise de la tête de Karlen, sur un corner de Lombardo. Mais le gardien nantais était à la parade.

Il serait injuste d'oublier que Lausanne bénéficia encore d'un coup franc direct de Hellebuyck à la 18ème minute, qui s'écrasa sur la transversale et qui aurait pu changer le cours du match.

En tous les cas, et au vu de la première mi-temps, Lausanne domina les balles aériennes, notamment par son excellent défenseur central, Puce. Alors que Nantes maîtrisa le jeu à terre, de par sa meilleure maîtrise technique balle au pied.

Contre toute attente, Nantes refusa en début de rencontre de faire étalage de son beau jeu. Au contraire, il misa sur la contre-attaque, laissant venir Lausanne dans sa portion de terrain. Ce qui lui permit de mieux contrôler le match et de mieux contrer les attaques vaudoises.

Et puis, Lausanne égalise au début de la seconde mi-temps par Lombardo, sur un drôle de coup franc fuyant jusque dans les goals nantais. Mais l'illusion d'une qualification lausannoise ne dure que dix minutes.

En effet, lancé par Armand, Moldovan (ex-Xamax et ex-Grasshopper) fixe Rapo à la 58ème minute de jeu et, du plat du pied, place le cuir dans le coin opposé de la cage vaudoise. Le rêve lausannois part en fumée.

Certes, le LS tenta alors de revenir au score. Mais on sentait que Nantes avait dès lors le match en main. D'ailleurs, les Bretons portèrent l'estocade en fin de partie par le meilleur homme sur le terrain, le stratège et no 10 nantais, Eric Carrière. Qui paracheva un magnifique «une-deux» avec Moldovan dans les seize mètres lausannois.

La fin de la rencontre dégénéra malheureusement dans la confusion. En partie, à cause d'un arbitre peu inspiré. Lausanne finit d'ailleurs à neuf contre onze. Horjak (qui n'aura fait qu'une courte apparition) et Puce furent expulsés en fin de match.

N'empêche que Nantes démontra qu'il est bel et bien le leader du championnat de France. Qu'il est un grand d'Europe, souvenez-vous de sa demi-finale en Ligue des Champions face à la Juventus de Turin, voici quatre ans. Et surtout, que son football chatoyant mérite de poursuivre l'aventure de la Coupe UEFA.

Emmanuel Manzi

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×