Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un «canceropôle» international sur l'arc lémanique

Cette initiative devrait aussi améliorer la prise en charge des patients.

(Keystone Archive)

Les hautes écoles vaudoises créent deux centres de recherche, l’un sur le cancer, l’autre en génie médical.

Les scientifiques travailleront en réseau et leurs travaux s’étendront de la recherche fondamentale au traitement du patient.

Le projet est conçu en commun par l'université de Lausanne, l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), deux célèbres instituts de recherche contre le cancer (Ludwig et ISREC), ainsi que l'université de Genève.

Il concrétise le programme de coopération dans le domaine des Sciences de la Vie, signé en 2001 entre les hautes écoles du bassin lémanique.

«Nous avons choisi les domaines dans lesquels nous avons le plus de compétences et le plus de chances de réussir», affirme le recteur de l'université Jean-Marc Rapp.

La présence à Epalinges, sur les hauts de Lausanne, de deux instituts reconnus pour leurs travaux de recherche sur le cancer, l'ISREC, Institut suisse de recherche sur le cancer, et l'Institut Ludwig, rendait la thématique «cancer» évidente, tout comme le «génie biomédical» est un choix logique pour l'EPFL, a expliqué pour sa part Patrick Aebischer, président de l'EPFL.

Eviter les dispersions

Concrètement, ce rapprochement devrait donc déboucher, cette année encore ou au début de 2005, sur la mise en œuvre d’un centre de recherche sur le cancer et un deuxième en génie biomédical, lesquels devraient atteindre leur vitesse de croisière à l’horizon 2008.

Chaque centre sera inter-institutionnel et aura une direction propre. Chacun coordonnera l'ensemble des travaux menés dans son domaine, de la recherche fondamentale au traitement du patient.

Les promoteurs de l’accord misent sur «le rapprochement de la recherche fondamentale et clinique tout en évitant les dispersions», explique Bernard Decrauzat qui espère que l’initiative se traduira également par une amélioration de la prise en charge des malades.

Cette vaste mise en réseau s'accompagne d'un réaménagement géographique de la recherche à Lausanne, aujourd'hui éparpillée sur trois sites: le campus universitaire à Dorigny, le Bugnon près du CHUV et Epalinges, où se trouve notamment l'ISREC.

Déménagements programmés

D'ici à 2008, les chercheurs d'Epalinges qui s'occupent de recherche fondamentale rejoindront le campus universitaire, au bord du lac. La recherche clinique et translationnelle (à mi-chemin entre la recherche fondamentale et la recherche clinique) sera concentrée au Bugnon, à proximité du CHUV et de ses patients.

Ce regroupement «historique» permettra aux gens de se rencontrer et de faire sortir de nouvelles idées, un «effet cafétéria» cher à Patrick Aebischer.

L'EPFL construira sur son site un bâtiment de 10’000 m2 pour accueillir les chercheurs de l'ISREC. Ce dernier, comme l'Institut Ludwig, garderont leur nom et leur autonomie.

L’enjeu de ce double projet est international. Pour le directeur de l’Institut Ludwig, Jean-Charles Cerottini, un tel «canceropôle», selon l’expression utilisée en France, devrait concurrencer les meilleurs sites européens.

Sur le plan national, cet effort fait face au rapprochement qui se dessine entre les «Biozentrum» de Bâle et Zurich.

Des étapes importantes restent toutefois à franchir. L’EPFL doit encore obtenir les crédits pour les locaux dédiés aux sciences de la vie, l’université pour ses extensions et le Conseil de l’ISREC doit quant à lui se pencher sur l’intégration de l’Institut de recherche à l’EPFL.

swissinfo et les agences

Faits

Les activités de recherche seront regroupées sur le campus universitaire à Dorigny, près de l’EPFL et de l’université de Lausanne.
La recherche clinique sera concentrée au Bugnon, à proximité du CHUV et de ses patients.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×