Navigation

Un an de prison ferme en Chine pour un "tweet" critique du Parti

La Chine interdit aux internautes de publier des messages portant atteinte à "l'honneur national" (archives). KEYSTONE/AP/RICHARD DREW sda-ats
Ce contenu a été publié le 08 décembre 2016 - 14:44
(Keystone-ATS)

Le responsable d'un compte officiel de la police sur Weibo, le "Twitter chinois", a été condamné à un an de prison pour un message, a indiqué jeudi un média officiel. Ce verdict tombe dans un contexte de répression en Chine de la liberté d'expression.

M. Miao était chargé de publier sur la plate-forme de microblogs Weibo les informations de la police de la circulation du district de Zizhou, dans la province du Shaanxi (nord), a annoncé le journal Global Times.

En juin 2015, il y avait écrit un message dénonçant la réforme foncière lancée en 1950 en Chine, un an après la prise de pouvoir des communistes. Cette politique d'expropriation s'est souvent réalisée dans la violence, et a organisé la redistribution des terres aux paysans.

"Une énergique réforme foncière a été menée dans toute la Chine, un mouvement au cours duquel des gens ont été tués pour de l'argent ou des biens. Cela a mené à la haine et à la désagrégation des valeurs morales traditionnelles", avait-il notamment écrit, selon le Global Times.

Le message a été rapidement effacé, et la police a ensuite dénoncé les "remarques inappropriées" de M. Miao. L'homme a été condamné à deux ans et demi de prison, dont un an ferme assorti d'un an et demi avec sursis, a précisé le Global Times.

En novembre, la Chine a publié une loi controversée sur la cybersécurité. Elle interdit désormais explicitement aux internautes de publier des messages portant atteinte à "l'honneur national", "troublant l'ordre économique ou social" ou destinés à "renverser le système socialiste", c'est-à-dire le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir.

Une armée de censeurs efface déjà les contenus dérangeants pour le PCC sur les réseaux sociaux, les blogs, les forums internet ou les sites d'informations.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.