Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un Britannique démythifie la politique suisse

La salle du Conseil national, autrement dit la Chambre du peuple.

(Keystone Archive)

Clive Church, un des meilleurs connaisseurs étrangers de la politique helvétique, couronne trente ans de recherches par un manuel en anglais sur la Suisse.

But avoué: dire au monde anglo-saxon que la Suisse n'est pas un pays d'opérette et sa politique «tout sauf ennuyeuse».

Il est anglais, s'appelle Clive Church et au moment de prendre sa retraite de professeur d'études européennes à l'université du Kent à Canterbury, il publie une solide analyse de la vie et du devenir politiques helvétiques. Titre de l'ouvrage: «La politique et le gouvernement de la Suisse».

Rigoureux, souvent critique pour la Suisse mais aussi pour ses détracteurs, ce livre vise en premier lieu, comme l'explique l'auteur, à détruire un certain nombre de mythes, à commencer par l'idée que la Suisse est un pays…mythique, détaché du monde, tranquille et ennuyeux. Qu'il est dépourvu de vie politique. Et que rien n'y change jamais.

Décorations sur un sapin de Noël

Les institutions politiques qui font l'intérêt de la Suisse – par exemple la démocratie directe et le fédéralisme – seraient certes relativement connues. Mais on aurait beaucoup trop tendance à les considérer comme des sortes d'éléments décoratifs sur un sapin de Noël, le sapin lui-même n'étant pas jugé intéressant.

Or, selon Clive Church, les Suisses sont «de vraies personnes» qui font «de la vraie politique» et leur pays «mérite d'être pris au sérieux».

Le manque d'intérêt «incroyable» - comme la quantité d'informations inexactes - dont la Suisse serait depuis longtemps victime serait non seulement injuste mais illogique.

On aurait tort en effet de sous-estimer le poids et le rôle de la Suisse. On aurait tort également de négliger la Suisse en tant que laboratoire de la démocratie. Et Clive Church de reconnaître dans la fouée que les expériences faites dans ce domaine par les Suisses, aussi passionnantes soient-elles, ne sont souvent pas «exportables».

L’arrogance des Suisses

L'auteur ne se gêne pas à ce propos de critiquer ce qu'il considère comme une certaine «arrogance» des Suisses lorsqu'ils croient qu'ils sont les champions du monde de la démocratie.

L'intérêt de l'ouvrage, c'est qu'il ne décrit pas seulement les institutions et les «acteurs» qui font l'originalité de la politique suisse mais qu'il analyse de manière vivante comment tout cela fonctionne.

L'ouvrage comprend en outre une mise en situation de la Suisse: portrait historique, constitutionnel et social. Un excellent glossaire!

Ainsi on y trouve les euro-turbos, les sans-papiers, le Röstigraben et la suissitude. Un imposant carnet d'adresses - y compris électroniques (partis politiques, services gouvernementaux, etc.) Et même les articles essentiels – fort bien traduits («In the name of Almighty God»¨…) – de la Constitution fédérale.

En résumé, un ouvrage riche et un précieux manuel pour quiconque souhaite s'initier aux fondements et aux réalités modernes de la politique suisse ou ne veut plus situer la Suisse, comme le fit CNN en 2001, quelque part dans les Balkans.

swissinfo, Michel Walter

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×