Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un bus en Suisse romande pour faire le tour du riz en 80 jours

tour du riz

Trois ONG lancent sur les routes de Romandie une exposition itinérante sur le thème de la souveraineté alimentaire. Un «bus-riz» va faire le tour de 22 villes et 34 écoles, histoire d´aider à mieux comprendre les enjeux de l´agriculture des pays du Sud.

Ce «tour du riz en 80 jours» est une idée née de l'imagination commune de Swissaid, de l'Association romande des Magasins du monde et de la Déclaration de Berne, autrement dit de trois associations qui, chacune à sa manière, militent depuis des années pour des solidarités plus fortes et plus justes avec les populations les plus déshéritées du Sud.

Le bus, qui en sera la face visible et mobile d'ici à la fin de l'année, a été aménagé par deux ONG belge et française. Décoré à l'extérieur de fresques de rizières indiennes en tags, il a plutôt, en son intérieur, des allures de classe avec ses bancs à même le sol, agrémenté de surcroît d'une petite échoppe de riz et d'un coin cuisine.

Reste le principal, à savoir le riz et tout ce qu'il permet d'illustrer en termes d'alimentation et de production agricole, d'environnement et de commerce, mais aussi de valeurs culturelles. Car le riz, en Asie, est plus que le riz. Il est source de vie et don du ciel, et pas seulement une graine génétiquement modifiable ou une marchandise n'obéissant qu'aux règles du commerce et de la concurrence.

Les trois organisateurs de ce périple pour ainsi dire virtuel dans ce monde aussi vital qu'impitoyable ont aussi un message à faire passer. Ce n'est d'ailleurs pas tout à fait par hasard qu'ils le lancent ces jours-ci. Depuis des décennies, le 16 octobre est en effet synonyme de journée mondiale de l'alimentation.

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture lui a cette fois-ci fixé comme thème «Un millénaire libéré de la faim». Pour la FAO, «éliminer la faim et l'insécurité alimentaire ne veut pas simplement dire cultiver davantage de produits alimentaires». Cela implique d'abord de «s'assurer que la nourriture parvient bien entre les mains de ceux qui en ont réellement besoin».

Le bus-riz, sans renier cette façon de voir le monde, veut encore faire découvrir une autre vérité: «au-delà de l'assiette pleine, il y a le droit de choisir». Parler de souveraineté alimentaire, c'est à la notion de sécurité ajouter le droit pour les populations de «décider ce qu'elles produisent, mangent et veulent importer». C'est ce que défendent nombre d'associations et de confédérations paysannes du Nord comme du Sud.

A ce propos, les visiteurs de ce bus-riz pourront voir aussi un court-métrage qui décrit la vie quotidienne des paysans dans l'État d'Orissa, en Inde. Ce film raconte notamment comment plusieurs dizaines de milliers d'entre eux, quasiment pris en otages entre les commerçants qui leur achètent leur production à vil prix et les usuriers qui leur prêtent de l'argent à des taux d'enfer, se sont regroupés pour défendre ensemble leurs intérêts.

Bref. Ce tour du riz en 80 jours n'a rien à voir avec un voyage en ballon loin du terre à terre. Le véritable dépaysement n'est pas forcément celui qu'on imagine. Et les 5000 écoliers de Suisse romande invités à découvrir les réalités des paysans du Sud seront peut-être plus aptes, ensuite, à exprimer leurs solidarités et à mieux comprendre aussi ce qui fait le quotidien des agriculteurs d'ici.

Bernard Weissbrodt




Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×