Un chant de violons sur les Préalpes

Le Bois qui chante

Château-d'Oex organise son premier festival du violon. Toute la semaine, la capitale du Pays-d'Enhaut propose concerts et initiation à l'instrument.

Ce contenu a été publié le 15 octobre 2001 - 18:06

Autour de la nouvelle association «Le Bois qui chante», Château d'Oex organise une semaine musicale qui permet au festivalier de découvrir toutes les étapes qui conduisent à l'instrument du violon. Depuis le choix du bois en forêt jusqu'à l'interprétation du musicien avec son archet.

C'est à l'issue d'un de ses concerts à Château-d'Oex que l'altiste genevois, Laurent Rochat, a évoqué un beau jour la possibilité de monter un festival musical dans la région. Et tout naturellement, il est devenu le directeur artistique du «Bois qui chante».

«Par un heureux concours de circonstances, explique Josiane Niggli, secrétaire de l'Association «Le bois qui chante», beaucoup de personnes concernées par le bois et la musique se sont intéressés en même temps à notre projet de festival.»

Un luthier et son atelier

C'est ainsi qu'un atelier de musiciens de 15 à 60 ans doit - en un jour de répétition - aboutir à un concert. Ou encore qu'un luthier de Lausanne est venu expressément installer son atelier à Château d'Oex, l'espace d'une semaine, pour montrer comment il fabrique un violon.

En parallèle du festival, deux stages pour jeunes et violonistes seniors se déroulent à Château d'Oex durant toute la semaine.

Mais l'attraction la plus originale a lieu mercredi. Un forestier de la région propose aux festivaliers une promenade dans les forêts de Château-d'Oex et Rougemont. But: découvrir le bois de résonance dans lequel est taillé le violon.

C'est que les forêts du Pays-d'Enhaut comportent énormément d'épicéas. Ce bois de résonance est exploité depuis plusieurs centaines d'années.

Epicéas de référence

«Il y a même des luthiers de la cour de Versailles qui venaient s'approvisionner chez nous, précise Josiane Niggli. Aujourd'hui, une grande partie de notre bois est exporté vers les Etats-Unis ou l'Australie pour la fabrication de violons. Et beaucoup de luthiers de la Plaine viennent eux-même choisir leur bois dans le Pays-d'Enhaut.»

«L'aboutissement de notre festival est de faire chanter les violons, note Josiane Niggli. C'est pourquoi, nous avons tous les soirs de cette semaine un concert. Que ce soit dans la Grande Salle ou le Temple de Château d'Oex.»

A ce sujet, le répertoire classique va côtoyer la musique de chambre, la valse viennoise et la country music. Avec des invités de marque comme Terpsycordes et surtout l'Orchestre de chambre de Catalogne.

Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article