Un Chinois arrêté au Botswana pour trafic de peau d'âne

La peau des ânes, transformée en gélatine, est utilisée pour traiter la ménopause et les troubles sexuels dans la médecine traditionnelle chinoise (archives). KEYSTONE/EPA/NIC BOTHMA sda-ats

Un ressortissant chinois de 24 ans a été interpellé au Botswana en possession de quelque 500 ânes maltraités. La peau de cet équidé est au coeur d'un trafic juteux à destination de l'Asie.

"Le suspect a été arrêté pour cruauté envers des animaux", a déclaré jeudi un porte-parole de la police. "Les ânes étaient en très mauvaise santé", a-t-il ajouté pour justifier la décision du gouvernement de tous les abattre.

L'interpellation du Chinois a eu lieu à la fin juin dans la banlieue de Francistown, la deuxième ville du Botswana. Il doit comparaître prochainement devant la justice.

Efficacité pas prouvée

La police cherche toujours à déterminer les motivations du suspect. Mais les ânes sont actuellement victimes d'un trafic à destination de l'Asie, et principalement la Chine.

La peau d'âne est bouillie et transformée en gélatine, prisée des médecins traditionnels qui l'utilisent pour traiter notamment la ménopause, l'anémie ou les troubles sexuels. Son efficacité n'est cependant pas scientifiquement prouvée.

La Chine a vu sa population d'ânes chuter de 11 millions de têtes dans les années 1990 à 6 millions en 2013, selon les statistiques chinoises. Pour satisfaire la demande, le trafic d'ânes, chiffré à des millions de dollars, s'est alors déplacé vers l'Afrique, où leur peau est désormais une matière première très recherchée par les braconniers, au même titre que la défense d'éléphant ou la corne de rhinocéros.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article