Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un double oui se dessine clairement

Un bulletin dans l'urne, pour le droit de voter plus souvent.

(Keystone Archive)

Selon les projections de l'Institut GfS pour le compte de SSR idée suisse, les Suisses accepteraient nettement les deux objets sur lesquels ils devaient se prononcer.

On s'achemine donc vers un double oui au projet d'extension des droits populaires et au financement public des divisions privées des hôpitaux.

D'après les projections de GfS, le résultat final du projet d'extension des droits populaires tournerait autour des 70%. Quant à celui du financement des hôpitaux, il grimperait jusqu'à 77%. Et on s'acheminerait vers une participation inférieure à 30 %.

Mais pour l'heure, les résultats ne sont connus que dans huit cantons et demi-cantons.

Rappelons que l'essentiel du débat sur l'extension politiques portait sur le nombre de signatures nécessaires au lancement de la nouvelle initiative, dite initiative générale.

La gauche refusait le projet. Elle estime en effet que ce nombre devrait être plus bas que celui qui est proposé - soit 100 000, comme pour l'intitative constitutionnelle qui existe déjà. Les partis de gauche savent en effet d'expérience que les signatures sont de plus en plus difficiles à récolter.

En revanche, la droite se disait satisfaite du projet tel que présenté. Elle invoquait un risque de saturation pour les parlementaires, déjà surchargés. L'initiative générale obligerait en effet les deux Chambres à élaborer un projet de loi qui respecte la volonté des initiants.

Hôpitaux: un oui encore plus net

Les projections et les premiers résultats indiqunt donc un double oui très net. L'acceptation est encore plus nette en ce qui concerne le projet de financement par les cantons des hospitalisations dans les divisions privées.

Jusqu'à récemment, à cause d'une imprécision dans la loi, les cantons n'avaient jamais délié leur bourse pour les patients privés et semi-privés. Désormais, ils y sont contraints par une décision du Tribunal fédéral des assurances.

Mais, face à l'énormité des sommes à débourser (700 millions par an), le Parlement a dû trouver un compromis entre assureurs et cantons.

Jusqu'en 2005, ces derniers ne doivent payer qu'une partie seulement de leur contribution. Ce qui n'est pas du goût de la caisse Assura. Qui a obtenu un référendum.

swissinfo et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.