Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un durcissement qui touche la presse européenne

La presse européenne constate que la Suisse sera moins accueillante avec les réfugiés.

(Keystone)

L'adoption des lois sur l'asile et les étrangers par le peuple suisse ce dimanche trouve un assez large écho dans les médias écrits européens, qui s'inquiètent de ses conséquences.

Face à la lancinante question de l'immigration, plusieurs titres pressentent que le durcissement pourrait faire école sur le continent.

Le quotidien espagnol El Pais accroche la nouvelle en Une et lui consacre une page entière en évoquant «un tremblement de terre politique» sous le titre: «La Suisse se blinde face à l'immigration».

La correspondante du Figaro Aude Marcovitch affirme que «le raz-de-marée électoral» de dimanche «marque une nouvelle fois les tendances du pays au repli sur soi». «La Suisse verrouille sa Porte», titre Libération.

«C'est la douche froide, un an tout juste après l'euphorie du vote du 25 septembre» sur les accords bilatéraux avec l'UE, affirme la correspondante du journal parisien, Annick Stevenson. «C'est la réforme Sarkozy, en pire», indique-t-elle en citant les associations de défense des étrangers.

En Allemagne, la Frankfurter Allgemeine note que la Suisse s'est prononcée pour une des lois sur l'asile les plus sévères en Europe. Die Welt dédramatise par contre la situation, en critiquant «l'hystérie de la gauche» à propos d'une «loi raisonnable et comparativement sans danger».

Triomphe pour Blocher

Les journaux autrichiens Der Kurier et Die Presse y consacrent analyses et réactions. Der Kurier relève que le ministre de Justice et Police Christoph Blocher est ainsi au sommet de sa puissance et Die Presse, sous le titre «Les Suisses rendent les cloisons épaisses» parle même de «triomphe» pour Blocher et son parti après «un verdict étonnamment clair».

Les partis de droite en Autriche ont aussitôt demandé un durcissement à l'égard des étrangers, indiquent les deux journaux. Le Times de Londres relève que la loi a été adoptée malgré les craintes que les réfugiés n'aient pas accès à une procédure équitable.

«La lune de miel est finie pour les requérants d'asile», constate Nefail Maliqi du journal kosovar Bota Sot, représentant la plus importante communauté étrangère en Suisse avec 200'000 personnes. «Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac, travailleurs immigrés en Suisse et quelques délinquants», regrette le journaliste basé à Genève.

Italie peu intéressée

Les votations en Suisse n'ont en revanche pas vraiment intéressé les Italiens. La Repubblica n'y a consacré qu'une petite dépêche d'agence. Le Corriere della Sera n'en parle pour sa part absolument pas.

Seul Il Giornale consacre un papier un peu plus important sur ce qui s'est passé en Suisse. Comme plusieurs autres journaux européens, il constate que le vote de dimanche «marque une victoire sur toute la ligne du gouvernement de droite, mais surtout de Christoph Blocher, le 'père' du texte législatif».

swissinfo et les agences

En bref

Dimanche, les citoyens devaient se prononcer sur deux référendums (contre les lois sur les étrangers et sur l'asile).

La Loi sur les étrangers impose des conditions plus strictes à la venue d'étrangers extra-européens en Suisse. Désormais, les portes ne leur seront ouvertes que si les besoins de l'économie l'exigent.

La Loi sur l'asile a pour but de limiter les abus et la venue de «faux réfugiés». Le texte prévoit notamment un contrôle plus strict des identités et l'exclusion des requérants déboutés de l'aide sociale.

Fin de l'infobox

Faits

Nouvelle Loi sur les étrangers: acceptée par 68% des votants
Révision de la Loi sur l'asile: acceptée par 68% des votants
Participation: 48%

Fin de l'infobox

×