Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un hélicoptère de l'armée s'écrase: 4 morts

Les restes de l'Alouette III piégée par un câble électrique.

(Keystone)

Les quatre occupants d'un hélicoptère militaire qui s'est écrasé vendredi sur les hauts de Delémont (JU) sont morts. Seul à avoir survécu à l'accident, un garde-frontière a succombé à ses blessures dans la soirée. L'Alouette III était engagée dans un exercice de routine de surveillance de la frontière.

Le pilote et deux garde-frontières ont été tués sur le coup vendredi en début d'après-midi. Grièvement blessé, le troisième garde-frontière avait été héliporté à l'hôpital cantonal de Bâle où il est décédé.

Selon les Forces aériennes, l'appareil s'est écrasé à 12h42 à moins de dix mètres de la ferme de Grand Brunchenal, dont les habitants n'ont heureusement pas été touchés.

Un pilote militaire professionnel, âgé de 55 ans et appartenant à l'escadre de surveillance des Forces aériennes, était aux commandes de l'appareil. Trois garde-frontières ajoulots étaient également à bord. Pères de famille, ils étaient âgé de 36 à 48 ans.

L'enquête militaire doit maintenant déterminer si l'appareil s'est bel et bien écrasé après avoir accroché des câbles téléphoniques près de la Haute-Borne, à quatre kilomètres environ de Delémont. Les premiers résultats sont attendus pour lundi.

L'Alouette III avait décollé de la place d'armes de Bure, dans le canton du Jura. Il était engagé dans un exercice de routine dans le cadre de la surveillance de la frontière verte. Les Forces aériennes effectuent depuis des années de tels vols à la demande du Corps des garde-frontières (CGFR), a précisé Rudolf Dietrich, directeur général des douanes.

Ces vols de surveillance ont pour but de repérer d'éventuels contrebandiers ou des personnes passant illégalement la frontière. Le Corps des garde-frontières entend poursuivre ces missions malgré cet accident tragique.

Le dernier accident impliquant un hélicoptère de l'armée remonte au 14 mai 1998. Une Alouette III de l'armée s'était écrasée à l'atterrissage à Wetzikon (TG), blessant le pilote et deux grenadiers de police.

swissinfo avec les agences

×