Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un havre de paix pour les grands clubs de football

Le Real à Nyon, avec Roberto Carlos au premier plan. C'était en 1997, mais le club revient chaque année.

(Keystone Archive)

Les plus prestigieux clubs de football européens viennent, chaque année, s'entraîner en Suisse à l'intersaison. A Bad Ragaz. Mais aussi à Crans-Montana et à Nyon.

Cela fait neuf ans que le Real Madrid (club le plus titré du Vieux Continent avec huit Coupes d'Europe des clubs champions) descend au Beau Rivage de Nyon, pour s'entraîner au Centre sportif de Colovray, construit voici dix ans, explique fièrement Nicola Tracchia, patron du Beau Rivage à Nyon.

Italien d'origine, l'hôtelier suisse est allé jusqu'à décliner les offres de l'AS Roma (nouvellement champion d'Italie) et du club londonien d'Arsenal, cette année. Car leurs dates de séjour se chevauchaient avec celles de Real Madrid, son club préféré.

Nicola Tracchia explique: «Sans conteste, la Suisse présente un climat idéal pour effectuer une préparation à l'intersaison. Parce qu'il fait chaud mais pas trop, durant la journée, en été. Et parce que les nuits y sont fraîches. Ce type de météo permet en effet aux athlètes de récupérer plus facilement.»

Et d'ajouter: «en Suisse, les terrains de football sont extrêmement bien entretenus. Et toutes les installations techniques des centres sportifs sont d'excellente qualité.»

«Et puis, précise Nicola Tracchia, le calme que nous avons, ici, en Suisse est salutaire aux vedettes étrangères qui peuvent sortir incognito sur une terrasse de café.»

Mais il y a des choses encore plus significatives qui attirent les clubs étrangers en Suisse pour leur préparation estivale. «Il y a quatre ans, raconte l'hôtelier, le demi du Real, Redondo, s'était blessé. Sans tarder, nous nous sommes rendus dans une clinique de la Côte. Un quart d'heure plus tard, le diagnostic était établi. Et le joueur rassuré».

«Si un joueur avait mal aux dents à 22 h, poursuit Nicola Tracchia, je sais que mes amis dentistes viendraient immédiatement à mon hôtel pour le soigner. Autant de petites choses qu'un grand club apprécie. Et qui fait qu'il reviendra séjourner chez vous.»

Cela dit, le phénomène n'est pas nouveau. Il s'est simplement intensifié de par la qualité des prestations helvétiques fournies aux grands clubs. Le bouche à oreille fonctionne vite dans la grande famille du football.

Au Beau Rivage de Nyon, la venue des grands clubs fut d'autant plus manifeste que, sans en avoir l'air, Nicola Tracchia est un homme influent dans le monde du football international.

Sa passion a permis à l'hôtelier de connaître les plus grands: Pelé, Zico, Platini, Enzo Bearzot (le coach qui mena l'Italie au titre de championne du monde en 1982) et un certain Valdano qui est même devenu son ami.

«Jorge fut, lui aussi, champion du monde avec l'Argentine de Maradona en 1986. Je l'ai connu en organisant les adieux de Zico, à Maracana. Puis, je l'ai invité à Nyon, lorsqu'il entraînait Ténérife. Avant qu'il ne devienne directeur sportif du Real Madrid.»

Reste que Borussia Dormund serait l'un des tout premiers grands clubs à être venu s'entraîner en Suisse, il y a 16 ans déjà, sous l'ère de Timo Konietzka. Explication? Il fut auparavant entraîneur-joueur du FC Zurich (de Kuhn et Künzli).

Cet été, le Borussia s'entraîne à Krienz (LU). Liverpool (vainqueur de la Coupe UEFA) à Bad Ragaz (SG). L'AS Monaco, lui, est à Crans-Montana, avec son nouvel entraîneur Didier Deschamps (champion du monde et d'Europe). Et sera suivi par l'Olympique lyonnais de l'international helvétique, Patrick Muller. Pour ne citer que les clubs les plus connus.

Mais laissons le mot de la fin au directeur de communication de l'UEFA, Mike Lee, toujours prompt à décliner son humour anglais: «Certains dirigeants de clubs profitent de l'occasion pour venir nous visiter au siège de l'Union européenne de football à Nyon».

«Je viens de Londres et je puis vous dire que la vie n'est en tout cas pas plus chère en Suisse qu'à Londres. De toute manière, les grands clubs doivent investir pour la préparation de leur équipe.»

Emmanuel Manzi


Liens

×