Navigation

Un journaliste-photographe suisse molesté en République tchèque

Brutalisé par les forces de l'ordre, la semaine dernière, il a porté plainte. Mais les autorités tchèques ont ordonné son expulsion. Un ordre suspendu jusqu'à la prochaine visite à Prague de la présidente de la Confédération Ruth Dreifuss.

Ce contenu a été publié le 05 novembre 1999 - 22:52

Brutalisé par les forces de l'ordre, la semaine dernière, il a porté plainte. Mais les autorités tchèques ont ordonné son expulsion. Un ordre suspendu jusqu'à la prochaine visite à Prague de la présidente de la Confédération Ruth Dreifuss

Heinz Moll, photographe travaillant pour une dizaine de publications suisses et allemandes, couvrait le 28 octobre dernier la manifestation organisée par des jeunes Tchèques de gauche et d'extrême-gauche, en plein coeur de Prague. Un rassemblement qui se voulait le pendant des manifestations désormais traditionnelles des groupes skinheads le jour de la fête nationale. Heinz Moll, pourtant dûment muni de sa carte de presse, a été frappé, embarqué de force vers un poste de police où il a été détenu pendant huit heures et s'est vu confisquer sa pellicule.

Son expulsion annoncée du territoire tchèque a été suspendue dans l'attente de la visite à Prague de Ruth Dreifuss à la mi-novembre. Le journaliste, dont le sort a motivé une protestation officielle de l'ambassade de Suisse dans la capitale tchèque, a été à la fois le témoin et la victime de la fraternisation de plus en plus évidente de la police tchèque avec les milieux d'extrême-droite. Ceux-ci ont carte blanche pour circuler, masqués, anonymes, scandant des slogans nazis ou réclamant la démission du Président Havel. Les manifestants tziganes ou anarchistes sont au minimum soumis à un contrôle d'identité, ou à la violence dont a été victime Heinz Moll, le premier étranger.

Christine Dupré

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.