Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un match anniversaire de grande importance

Comme en février de l'an dernier, Suisses et Allemands seront à la lutte mercredi soir.

(Keystone)

A près de 70 jours de l'Eurofoot, la Suisse et l'Allemagne s'affrontent mercredi pour la cinquantième fois de leur histoire. Et ce, 100 ans presque jour pour jour après leur première confrontation.

Depuis le 5 avril 1908 et la victoire helvétique (5-3) à Bâle, la Suisse et l'Allemagne se sont rencontrées à 49 reprises déjà; la Mannschaft est d'ailleurs l'adversaire face auquel la Suisse a joué le plus de fois.

Leur dernière confrontation, en février 2007 à Düsseldorf, avait largement tourné à l'avantage des triples champions du monde et d'Europe qui s'étaient imposés sans coup férir (3-1).

Pour les deux sélections, le match de ce mercredi à Bâle constitue l'antépénultième rencontre de préparation avant l'Euro (7 au 29 juin 2008). La Suisse jouera encore contre la Slovaquie (24 mai) et le Lichtenstein (30 mai) alors que l'Allemagne affrontera encore le Belarus (27 mai) et la Serbie (31 mai) avant l'Euro.

Bien qu'amical, celui-ci s'annonce donc «très intense», selon les mots du sélectionneur allemand Joachim Löw.

Nouvelle coqueluche des médias et des supporters allemands, le successeur de Jürgen Klinsmann affirme haut et fort que la Suisse est «l'une des équipes favorites de l'Euro 2008 et que le football suisse a beaucoup progressé lors des 10 à 15 dernières années».

Il compte donc beaucoup sur cette rencontre face au voisin helvétique pour se faire une idée plus précise du groupe qu'il emmènera à l'Euro au mois de juin prochain.

Le retour d'Alexander Frei

Coté suisse, l'entraîneur Köbi Kuhn espère, lui aussi, que cette partie va lui permettre d'apporter des réponses à plusieurs de ses interrogations.

Minée par les blessures et battue lors de ses trois dernières sorties (contre les USA, le Nigeria et l'Angleterre), son équipe a un urgent besoin d'un résultat positif pour retrouver la sérénité qui était la sienne durant le Mondial 2006 en ... Allemagne justement.

Privée de Ludovic Magnin, Johann Djourou et Philipp Degen en défense, la Suisse enregistre fort heureusement le retour au jeu de son capitaine et buteur Alexander Frei. Opéré de la hanche et du mollet et éloigné des terrains durant neuf mois, l'attaquant de Dortmund revient en forme au bon moment.

Leader naturel de la sélection rouge à croix blanche, le Bâlois considère que la rencontre est tout simplement «le match le plus important de l'équipe de Suisse avant l'Euro».

A cette occasion, Alexander Frei jouera aux côtés de la grande révélation et buteur suisse du match contre l'Angleterre à Wembley: Eren Derdiyok.

«J'ai toujours souhaité évoluer avec deux attaquants, le retour de Frei et l'avènement de Derdiyok m'offrent cette possibilité contre l'Allemagne. Je veux que les 40'000 spectateurs du Parc Saint-Jacques découvrent une équipe de Suisse ambitieuse», a annoncé l'entraîneur Köbi Kuhn.

L'avis de Barberis

Umberto 'Bertine' Barberis, ancien international et entraîneur reconnu, occupera une fonction de consultant pour le compte de swissinfo durant les derniers matches de préparation de l'équipe de Suisse et lors des rencontres qu'elle disputera durant l'Eurofoot.

Selon lui, Köbi Kuhn et son homologue allemand recherchent essentiellement des confirmations individuelles.

«Au delà du match et du résultat, dit-il, les deux entraîneurs veulent trouver des solutions individuelles. Pour la Suisse, c'est principalement le retour de Frei et une éventuelle association gagnante avec Derdiyok, la possible confirmation de Behrami à mi-terrain et celle de Lichsteiner à la place d'arrière droit.»

«Les gens veulent voir une victoire de prestige sur l'Allemagne mais Köbi Kuhn et son staff sont obligés d'essayer encore plusieurs variantes pour trouver des réponses aux questions qu'ils se posent, conclut-il. Sur le papier, l'équipe semble pour le moins équilibrée et il serait intéressant pour l'équipe de Suisse que, dans ce contexte, elle puisse assurer un résultat intéressant.»

swissinfo, Mathias Froidevaux

Les équipes:

Suisse : Diego Benaglio (Wolfsburg/All), Stephan Lichtsteiner (Lille), Mario Eggimann (Karlsruhe/All), Philippe Senderos (Arsenal), Christoph Spycher (Eintracht Francfort), Valon Behrami (Lazio Rome), Gelson Fernandes (Manchester City), Gökhan Inler (Udinese), Tranquillo Barnetta (Bayer Leverkusen/All), Eren Derdiyok (Bâle).

Allemagne: Jens Lehmann (Arsenal/Ang), Philipp Lahm (Bayern Münich/All), Arne Friedrich (Herta Berlin/All), Per Mertesacker (Werder Bremen/All), Marcell Jansen (Bayern Münich/All), Bernd Schneider (Bayer Leverkusen/All), Michael Ballack (Chelsea/Angl), Thomas Hitzlperger (VFB Stuttgart/All), Bastian Schweinsteiger (Bayern Münich/All), Mario Gomez (VFB Stuttgart/All), Miroslav Klose (Bayern Münich/All).

Fin de l'infobox

Umberto Barberis

Né le 5 juin 1952 à Sion en Valais, Umberto Barberis sera le consultant de swissinfo pour les derniers matches de préparation de l'équipe de Suisse ainsi que les rencontres disputées par la troupe de Köbi Kuhn durant l'Euro. Il vous donne aussi rendez-vous sur le Blog VIP de swissinfo où vous pourrez réagir à ses propos très... tranchés.

Meneur de jeu durant sa carrière de footballeur, il a remporté trois Coupe de Suisse (deux fois avec Servette et une fois avec Sion), deux championnats de Suisse (avec Servette), un championnat de France (avec Monaco) et quatre Coupe de la Ligue (avec Servette).

En 1982, il a été élu meilleur joueur étranger du championnat de France.

Il compte 54 sélections en équipe de Suisse (7 buts).

Devenu entraîneur dès la fin des années 80, il a successivement présidé aux destinées de quatre clubs romands : Lausanne-Sport, Sion, Servette et Baulmes.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×