Un président un peu trop gourmand

Andreas Hafen est passé aux aveux dès le début des interrogatoires. Keystone Archive

Responsable du conseil aux entreprises de l'UBS de Saint-Gall et président du club de football du FC Wil, Andreas Hafen a détourné près de 48 millions de francs.

Ce contenu a été publié le 29 novembre 2002 - 18:07

Bénéficiaire involontaire d'une partie de cet argent, le club de LNA risque gros.

Déjouant durant près de dix ans les systèmes de sécurité de la banque où il occupait le poste de vice-directeur dans le domaine du conseil aux clients, Andreas Hafen a utilisé des comptes fictifs pour s'approprier des millions de manière illégale.

Aussi pour le FC Wil

Dans un premier temps, l'argent, retiré par petites sommes, lui a vraisemblablement servi tout d'abord à éponger des dettes personnelles. Puis à effectuer des transactions frauduleuses en faveur de ses sociétés clientes qui peinaient à rembourser leurs emprunts.

A partir de 1998, Andreas Hafen, devenu président du FC Wil, a également fait profiter le club de foot de ces malversations.

Déclarant que les fonds provenaient d'un «groupe inconnu d'investisseurs», il aurait ainsi viré près dix millions de francs environ dans les caisses du FC Wil.

«Cet argent a été dépensé en salaires et en frais de fonctionnement, a déclaré Heinrich Hofmann, qui assure l'intérim à la tête du club de LNA depuis la mise en détention du président.

Les comptes n'ont pas été gelés

Pour l'instant, le FC Wil n'a pas encore reçu de demande de remboursement de la part de l'UBS. Cependant, le club saint-gallois sera certainement contraint de prendre des mesures d'économies drastiques pour assurer sa survie.

«Les sommes versées au FC Wil nous ont surpris. On ne pensait pas que les montants étaient si élevés», a ajouté Heinrich Hofmann.

Les comptes du FC Wil n'ont pas été gelés. Toutefois, la transparence totale est désormais exigée du club de ligue nationale. Il a dû faire état de ses avoirs, et est tenu d'informer le juge d'instruction des afflux de fonds lors de transferts de joueurs. Cet argent pourrait alors être saisi.

Les sommes provenant de sponsors et de donateurs ne sont pas touchées par cette mesure. «Nous ne voulons pas paralyser le FC Wil», a déclaré le procureur Martin Beyeler.

Remis en liberté

Au départ, Andreas Hafen espérait rembourser les sommes détournées. A un moment donné, il n'a plus pu faire marche arrière, a expliqué pour sa part le juge d'instruction Martin Frey.

Arrêté il y a deux semaines sur son lieu de travail, le président du FC Wil est passé aux aveux dès le début des interrogatoires et s'est montré très coopératif.

Il a été remis en liberté jeudi, car il n'y a plus risque de collusion ou de fuite. Andreas Hafen se retrouve sans emploi, après avoir été licencié par l'UBS avec effet immédiat à la suite de son arrestation.

swissinfo avec les agences

Faits

Fondé en 1907, le FC Wil a accédé pour la première fois de son histoire en LNA l'an dernier.
Le club a un budget annuel qui oscille entre trois et quatre millions
Le FC Wil occupe la troisième place du classement de LNA
Son stade du Bergholz peut accueillir 5850 spectateurs

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article