Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un premier pas vers le procès d'un ex-ambassadeur

Peter Friederich au temps où il était ambassadeur au Vietnam.

(Keystone)

La justice fédérale a terminé l’instruction du dossier de Peter Friederich. Ses conclusions sont transmises vendredi au Ministère public de la Confédération.

L'ancien ambassadeur est notamment soupçonné d’avoir reçu des millions d’un réseau qui blanchissait de l’argent pour la mafia de la drogue.

Peter Friederich ne sait pas encore s’il passera devant la justice. Mais les choses se précisent.

Soupçonné de blanchiment d’argent et d’abus de confiance au détriment de certaines de ces connaissances, l’ex-ambassadeur est en retraite anticipée depuis fin septembre 2002.

Il avait été arrêté le 8 juillet 2002, puis emprisonné plus d’un mois, avant d’être libéré, en l’absence de tout risque de collusion.

Dorénavant, l’étape de l’enquête de fond est donc achevée. «Je peux confirmer que l’instruction préparatoire est close», confirme à swissinfo le juge d’instruction fédéral en charge de l’affaire.

Le rapport final (200 pages) de cette enquête à charge et décharge doit être transmis vendredi au Ministère public de la Confédération (MPC) et aux parties en présence, précise le juge Paul Perraudin.

Au MPC maintenant de décider s’il souhaite poursuivre l’ex-ambassadeur de Suisse au Luxembourg. Le cas échéant, il établira un acte d’accusation et saisira le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone, sans doute d’ici deux à trois mois, en vue d'un procès.

Gérant de fortune

Cela dit, le juge Perraudin se refuse à tout commentaire sur le contenu de son rapport. L’avocat d’une des rares parties civiles à avoir porté plainte s’est par contre confié à l’agence AP.

Aux dires de Bernard de Chedid, Peter Friederich se serait comporté «comme un joueur de casino». En 1996, il aurait entrepris une activité de gérant de fortune en parallèle à sa mission d’ambassadeur à Cuba.

Et en 2000 notamment, il aurait perdu en bourse quelque 5 millions de francs, lésant une vingtaine de «clients».

Bernard de Chedid «estime que les déboires financiers de Peter Friederich, mis sous pression par ses créanciers, sont à l’origine de ses opérations de blanchiment», écrit l’agence AP.

La justice suisse soupçonne en effet l’ex-ambassadeur, alors en poste au Luxembourg, d’avoir blanchi deux millions de francs provenant d’un trafic de drogue.

Sources espagnoles

A l’aide de sources espagnoles notamment, le journal Le Temps donne sa version de l’affaire. On y apprend en particulier qu’en 2001, Peter Friederich aurait accepté d’aider à sortir des fonds d’Espagne (pris en charge à Amsterdam et Luxembourg seulement) au bénéfice de Florido Sosa, fiduciaire de son état.

Ces fonds – 2,2 millions de francs - auraient été déposés au Luxembourg auprès de la banque Dexia, à l’origine de la dénonciation auprès des autorités locales (qui ont ensuite alerté la Suisse).

L’ex-ambassadeur ne souhaite pas s’exprimer avant d’avoir lu le rapport final du juge Perraudin. «Mais ses proches affirment qu’il croyait effectuer une opération d’évasion fiscale avec de l’argent d’origine honnête», écrit Le Temps.

Or, le journal cite une source espagnole qui décrit Florido Sosa comme «un passeur d’argent très spécialisé, au service de plusieurs cartels colombiens de la drogue».

Comme d’autres, Peter Friederich aurait été utilisé pour blanchir - avant son transfert en Colombie - l’argent de la drogue vendue sur le marché européen.

Bateau péruvien

Le Temps évoque aussi la saisie d’un bateau péruvien chargé de cocaïne à Valence (Espagne) en 2002. Bateau qui, de fil à aiguille, a permis l’arrestation de quinze personnes, dont Sosa, relâché depuis.

Les avocats de Peter Friederich soulignent que leur client a reçu des fonds pour la dernière fois avant la découverte de cette drogue.

Me Olivier Péclard assure surtout que son client n’avait aucune idée des activités de trafic de drogue attribuée à Florido Sosa. Et qu’il n’a donc pu blanchir son argent.

swissinfo et les agences

Faits

1971: Peter Friederich entre au service du Département fédéral des Affaires étrangères.
1999: Il est nommé ambassadeur au Luxembourg.
2002: L’ambassadeur est arrêté, emprisonné 38 jours durant, puis mis en retraite anticipée.

Fin de l'infobox

En bref

- L’ex-ambassadeur de Suisse au Luxembourg est soupçonné d’avoir blanchi des fonds au profit de la mafia colombienne de la drogue.

- Le juge d’instruction fédéral Perraudin vient d’achever son instruction préparatoire. Peter Fiederich pour sa part nie les accusations de blanchiment portées contre lui.

- Le dossier est maintenant transmis au Ministère public de la Confédération, qui déterminera s’il y a lieu d’établir un acte d’accusation en vue d’un procès.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.