Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un Suisse d’Argentine primé pour son engagement

Hans Rudolf Würgler, consul honoraire de Suisse en Argentine.

(swissinfo.ch)

Hans Rudolf Würgler, consul honoraire de Suisse en Argentine, est le lauréat 2004 du Prix des Suisses de l'étranger. Avec son épouse, il a développé une école importante dans la province de Misiones.

C’est la troisième fois que le Parti radical (PRD) suisse international remet ce prix.

Jeudi à Bâle, le jury a donc distingué Hans Rudolf Würgler pour son infatigable engagement dans la province argentine de Misiones.

Avec son épouse venue de Zurich, Hans Rudolf Würgler a développé pendant 40 ans l'école agricole et technique «Instituto Linea Cuchilla». Cette école, appelée aussi «Scuola Suiza», est l'une des plus importantes œuvres sociales dans la région.

Entre Suisse et Argentine

Hans Rudolf Würgler est né en 1937 d’un père bâlois et d’une mère bernoise dans la région très pauvre du Misiones. Elle abrite la deuxième plus grande colonie suisse en Argentine.

C’est à 14 ans qu’il est venu pour la première fois en Suisse, afin de suivre une formation. Comme ses parents étaient planteurs en Argentine, il a suivi une école d’agriculture, avant de faire son service militaire.

En 1958, il est rentré en Argentine avec un diplôme d'ingénieur agronome. De retour dans la forêt vierge de Misiones, le jeune homme fait l’expérience de la précarité dans laquelle vivent ses concitoyens immigrés.

Il revient en Suisse en 1961 à Zurich où il étudie à l’Ecole polytechnique. La même année, il épouse une Zurichoise, Helga Ruegger. L’année suivante, le couple émigre définitivement dans le Misiones.

Travail social important

C’est là qu’ils vont développer l’«Instituto Linea Cuchilla», fondé par un pasteur suisse. C’est un des piliers sociaux de la région. En effet, de nombreux jeunes gens ont pu s’y perfectionner tout en gagnant leur vie.

Au début, le jeune Suisse y enseigne différentes branches touchant à l’agriculture. Le nombre de ses heures d’enseignement va augmenter au fil des ans.

En 1980, M. Würgler va être nommé directeur. Il est retraité depuis mars dernier.

Linea Cuchilla, d’abord conçue comme une école d’agriculture a été développée par la suite. On lui a adjoint une école technique. Les deux écoles offrent une formation de 6 ans et l’examen de maturité à 400 élèves.

Entre-temps, ses talents d’organisation ont été remarqués par le gouvernement suisse. Ce qui lui a valu, en 1980, de devenir correspondant de l'ambassade de Suisse en Argentine. Le Conseil fédéral l'a nommé consul honoraire en 1990.

Fonctionnement autonome

Lors de la remise de prix à Bâle, le ‘laudatio’ a été prononcé par l’ambassadeur Armin Ritz. Ce dernier a souligné que le parcours de M. Würgler est aussi exemplaire pour les Suisses en Suisse.

Les aides ne peuvent pas toujours venir de l’Etat seulement, a-t-il poursuivi. Ainsi, Hans Rudolf Würgler n’a pas hésité à entreprendre, de manière autonome, des rénovations de l’école avec les maîtres et les élèves.

Les produits agricoles qui sont vendus par l’école ont par ailleurs une bonne réputation alentours. «Nous avons d’abord cultivé pour nous-même, puis pour notre famille», a raconté à swissinfo Hans Rudolf Würgler.

«Nous avons ensuite vendu nos produits à des connaissances, poursuit-il. Ainsi, l’école qui ne faisait d’abord que répondre à ses propre besoins a pu commercialiser ses marchandises.»

Résultat: le produit de ces ventes plus des dons privés ont permis à 40% des élèves de recevoir une bourse.

Interrogé sur la crise économique que vit l’Argentine, M Würgler est d’avis que les hommes politiques, quelle que soit leur couleur, sont responsables de l’endettement du pays. Depuis un an et demi néanmoins, une amélioration est perceptible.

«Mais, comme les Suisso-Argentins de la province de Misiones sont pour la plupart de petits entrepreneurs ou des commerçants, ils ont subi de plein fouet la crise, dit-il encore. Et la dévaluation de la monnaie a aussi affecté les ventes agricoles.»

Autre souvenir dramatique: la dictature des militaires. Hans Rudolf Würgler et son école en ont souffert, un enseignant a même été torturé.

swissinfo, Alexander Künzle, Bâle
(traduction et adaptation: Anne Rubin)

Faits

Le Prix des Suisses de l'étranger a été créé en 2002 par le PRD.
D’une valeur de 10'000 francs, il récompense des citoyens qui s'engagent en faveur de la Cinquième Suisse.
Le jury compte six membres et son président est le rédacteur en chef de la Neue Zürcher Zeitung, Hugo Bütler.
En 2003, le prix a été attribué à l’actrice Linda Geiser, et en 2002, à une Suisso-hongroise de 82 ans, Raymonde Berthoud.

Fin de l'infobox

En bref

- Les lauréats potentiels du Prix des Suisses de l'étranger sont désignés par les ambassades de Suisse, le Conseil des Suisses à l'étranger, l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) et les membres du Parti radical suisse international.

- Pour l’édition 2004, une trentaine de candidats d’horizons professionnels et géographiques divers ont été proposés. Etaient en lice, 20 hommes, six femmes, quelques couples et quatre organisations

- A l’étranger, les candidats sont choisis en fonction de ce qu’ils ont pu apporter au pays d’accueil et à ses habitants, du bien qu’ils ont pu faire à la communauté des Suisses de l’étranger ou encore de l’influence positive qu’il ont eu sur l’image de la Suisse.

- En Suisse, ce sont ceux qui auront activement aidé à la promotion de la Cinquième Suisse qui sont sélectionnés.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×