Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un Suisse sur les traces de Michael Jordan

Thabo Sefolosha rejoint les Chicago Bulls.

(Keystone)

Premier basketteur suisse sélectionné par une équipe de la prestigieuse NBA nord-américaine, Thabo Sefolosha évoluera avec les Chicago Bulls la saison prochaine.

Après avoir joué en Suisse, en France et en Italie, il réalise ainsi un rêve d'enfance et offre au basketball suisse une belle étincelle.

Le 28 juin, Thabo Sefolosha a été sélectionné lors du grand marché aux joueurs de la NBA, au Madison Square Garden de New-York.

C'est un échange entre Chicago et Philadelphie qui lui permet de partir sur les traces de Michael Jordan en rejoignant la mythique franchise des Bulls.

Thabo Sefolosha avait d'abord été «drafté» en 13e position (une très bonne place) par les Philadelphia 76ers. Les Chicago Bulls ont alors offert un joueur - Rodney Carney - et un million de dollars à Philadelphie pour engager le jeune Suisse.

A Chicago, l'ancien joueur de Blonay et Riviera rejoindra Ben Wallace, quatre fois meilleur défenseur de NBA ces cinq dernières saisons, qui vient de signer un contrat de quatre ans avec les Bulls.

Engagé comme ailier, le Suisse évoluera dans des salles combles devant quelque 20'000 spectateurs...

Un rêve d'enfance

«C'est juste incroyable! Je ne réalise pas encore ce qui m'arrive», déclarait Thabo Sefolosha à la Télévision suisse romande (voir la vidéo) peu après avoir appris la nouvelle de son engagement. «C'est un rêve qui devient réalité!»

Un rêve d'enfant, puisque à dix ans, il ne parlait déjà que de la NBA. Ses entraîneurs s'en souviennent. Parmi eux, Laurent Molinari, actuel responsable du Mouvement Jeunesse au Basket Club de Blonay.

«Petit, il était déjà fou de basket américain. Il dévorait les magazines et les cassettes vidéo de la NBA. Ensuite, il reproduisait tous les gestes qu'il voyait. Avec une certaine réussite, je dois le dire...»

Le talent, puis le travail

L'entraîneur garde le souvenir d'un enfant «dynamique, enjoué, mais assez minimaliste, peut-être parce qu'il avait beaucoup de talent. C'était un showman. Il aimait surtout les envolées, les acrobaties, un peu moins les exercices tactiques.»

Par la suite, Thabo Sefolosha a appris à travailler. D'abord, à Riviera, où il a été propulsé à 17 ans seulement dans la première équipe. Puis, en France, où il a évolué avec le club de première division de Chalon-sur-Saône.

«Cette étape était déjà extraordinaire, commente Laurent Molinari. A part l'ancien joueur de Fribourg Harold Mrazek, peu de basketteurs suisses sont partis à l'étranger.»

A Chalon-sur-Saône, Thabo Sefolosha est entraîné par Manu Schmitt, actuel sélectionneur de l'équipe nationale suisse, qui parle d'un joueur «travailleur et volontaire».

«C'est un garçon qui a franchi régulièrement les étapes, qui a une carrière en constante progression, qui a su relever les challenges et a toujours été capable de se remettre en question.»

«Son accession en NBA est le résultat de son travail et de son talent. C'est une suite logique», observe Manu Schmitt, qui espère pouvoir continuer à compter sur son joueur en sélection nationale. «Sa présence est importante, tant au niveau sportif que pour la dynamique qu'il apporte à l'équipe. Mais, cette année, je pense que ce sera difficile.»

L'effet Sefolosha

Le parcours de Thabo Sefolosha - tout le monde s'accorde à le dire - fera beaucoup de bien au basket suisse. «Cela devrait donner envie aux gens de venir davantage dans les salles», espère Manu Schmitt.

«Les médias vont peut-être enfin consacrer davantage de place à ce sport», ajoute Laurent Molinari. Aujourd'hui, le seul match que la télévision retransmet, c'est la finale de la Coupe de Suisse.»

Mais, surtout, le parcours de Thabo Sefolosha démontre aux plus jeunes que tout est possible, qu'on peut commencer en Suisse et terminer en NBA. «Et la voie qu'il a prise pour y parvenir, c'est-à-dire les étapes successives, doit servir d'exemple», estime le sélectionneur national.

Au club de Blonay, les plus petits ont eu de la peine à croire à cette belle histoire. Trop belle pour être vraie, peut-être... «Ils nous demandent toujours: 'est-ce qu'il a vraiment commencé ici?' Alors, on rit et on leur sort des photos de l'époque», explique Laurent Molinari.

«Mais ils réalisent gentiment. Depuis l'annonce, j'ai donné deux entraînements et je vois que les enfants sont de plus en plus excités. Maintenant, ils veulent tous avoir le maillot des Chicago Bulls avec Sefolosha écrit dans le dos!»

L'entraîneur ne serait d'ailleurs pas étonné qu'à la rentrée scolaire, les clubs de basket suisses soient assaillis de demandes.

swissinfo, Alexandra Richard

En bref

- Fils d'un musicien sud-africain et d'une mère artiste peintre suisse, Thabo Sefolosha est né et a grandi à Vevey (VD).

- Il a fait ses armes dans le basket helvétique à Blonay, puis à Riviera (né de la fusion des clubs de Blonay et de Vevey).

- Il a ensuite évolué avec le club de première division française de Chalon-sur-Saône. Dans ce cadre, il a participé aux célèbres «All-Star Game», version française, à Paris.

- La saison dernière, il a joué à Biella, en Italie.

- Le 28 juin dernier, Thabo Sefolosha est devenu le premier basketteur suisse à entrer dans la prestigieuse NBA américaine.

Fin de l'infobox

Faits

Les Chicago Bulls ont dominé la NBA durant les années 90 remportant six titres: 1991, 1992, 1993, 1996, 1997, 1998.
Depuis le départ de Michael Jordan, l'équipe de l'Illinois a du mal à renouer avec le succès.
Mais, depuis quelques années, elle vit une phase ascendante.
Cette saison, ils se sont qualifiés pour les play-offs, mais ont été éliminés au premier tour par le Miami Heat.

Fin de l'infobox


Liens

×