Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un Suisse tué à Bagdad par un tir américain

Les circonstances de la mort de Salah Jmor restent encore floues.

(Keystone)

Berne demande aux Etats-Unis de faire toute la lumière sur l’affaire du Suisse d’origine irakienne tué mardi en Irak par une soldate américaine.

Membre du parti socialiste genevois et docteur en sciences politiques, Salah Jmor avait écrit plusieurs ouvrages sur les questions kurde et irakienne.

Se refusant à toute spéculation en l'état, la ministre suisse des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey a indiqué samedi soir que Berne avait pris contact avec les autorités américaines en Irak, aux Etats-Unis et en Suisse. «Nous attendons les résultats de l'enquête» de l'armée américaine.

«La semaine prochaine, de nouveaux contacts seront établis avec les autorités irakiennes et américaines afin de faire le point sur l'état des démarches entreprises», a encore précisé la cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) sur les ondes de la Radio Suisse Romande.

«Le Secrétariat d'Etat à Washington a exprimé ses regrets et assuré la Suisse de sa coopération», a précisé dimanche Ivo Sieber, porte-parole du DFAE.

Circonstances floues

Agé de 49 ans, Salah Jmor a été tué mardi dernier à Bagdad par un tir américain. Pour l’heure, les circonstances de sa mort restent floues. On ignore encore les raisons pour lesquelles le coup de feu a été tiré.

«Selon les déclarations de sa famille, la victime et son frère roulaient mardi vers Bagdad. A leur passage, un convoi composé de trois véhicules de l'armée américaine a tiré un coup de feu», a indiqué Ivo Sieber.

S'exprimant samedi dans le journal du soir de la Télévision suisse romande, un cousin de la victime a pour sa part affirmé que le ressortissant suisse avait été «assassiné». Selon lui, «il a été visé par un sniper américain».

Salah Jmor était arrivé en début de semaine chez son père et son frère. «Les employés du bureau de liaison suisse à Bagdad sont en relation avec la famille de la victime, qu'ils connaissaient», a précisé Ivo Sieber.

Enquête ouverte

Le bureau a également pris contact avec le ministère irakien des affaires étrangères pour obtenir une copie du rapport de police et avec l'ambassade américaine à Bagdad pour lui demander d'ouvrir une enquête et de lui transmettre les résultats.

Confirmant une information de «24 Heures» et de la «Tribune de Genève», la présidente du Parti socialiste genevois, Laurence Fehlmann-Rielle, a indiqué que la victime était membre de la section genevoise du PS depuis cinq ans. «Nous n'avions plus de nouvelles depuis deux ans», a-t-elle toutefois ajouté.

Titulaire d'un doctorat de l'Institut universitaire de Genève, la victime était engagée pour la cause kurde. Il est notamment l’auteur de plusieurs ouvrages sur les questions kurde et irakienne.

swissinfo et les agences

Faits

D’origine kurde irakienne, Salah Jmor vivait depuis 25 ans en Suisse.
Il était titulaire d’un doctorat de l’Institut des hautes études internationales de Genève.
Depuis cinq ans, il était membre du parti socialiste genevois.
Il dirigeait sa propre entreprise à Genève: Jmor Business and Consulting.
Engagé dans la cause kurde, Salah Jmor avait notamment publié «L'origine de la question kurde» aux éditions L'Harmattan.
Il est aussi l’auteur d’une thèse intitulée «L'affaire du Kurdistan dans les relations internationales 1914-1925».

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.