Une arme efficace contre les indésirables

Les empreintes digitales s'affichent directement à l'écran. Keystone

Mise en service au début de l'année aux frontières helvétiques, l'identification par empreintes digitales a fait ses preuves.

Ce contenu a été publié le 27 mai 2003 - 16:42

Grâce au système AFIS, les douaniers peuvent désormais repérer rapidement les personnes déjà fichées.

Depuis le début de l'année, 38 postes-frontières sont raccordés au nouveau système d'identification par empreintes digitales (AFIS).

Sur 3457 contrôles effectués de janvier à mars, les gardes-frontière ont pu identifier 1591 personnes qui se trouvaient dans les registres de la police et de l'asile.

A noter que les cas relevant de la police n'ont pas encore fait l'objet d'un bilan.

Efficace et rapide

«Nous sommes très satisfaits», confie le vice-directeur du Corps des gardes-frontière II.

Et Werner Schoeni de rappeler que ce système aide les gardes-frontière à reconnaître les personnes dont l'identité n'a pas pu être établie de façon sûre.

De son côté, le chef du Service AFIS à l'Office fédéral de la police souligne la rapidité du système suisse en comparaison européenne. En Allemagne, affirme Roland Gander, un contrôle dure plusieurs heures.

Après avoir enregistré l'empreinte du pouce dans un ordinateur, les gardes-frontière la transmettent à Berne au centre d'exploitation du système. Là, en l'espace de quelques minutes seulement, elle est comparée aux empreintes qui sont déjà archivées.

57 demandeurs d'asile renvoyés

Selon le chef du secteur identification Beat Perler, 177 cas ont retenu l'attention de l'Office fédéral des réfugiés (ODR).

Et 57 demandeurs d'asile - qui n'avaient pas de papiers ou qui essayaient de rentrer en Suisse sous une fausse identité - ont été renvoyés dans un pays tiers.

D'ici à fin 2003, 54 postes-frontières seront équipés du fameux système AFIS, soit environ la moitié des douanes suisses.

Et une vingtaine d'ambassades profiteront également de cet instrument de contrôle, à l'évidence très efficace.

swissinfo et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article