Une billetterie virtuelle à domicile

Grâce à l'Internet, les queues aux billetteries, comme ici au Festival de Montreux, appartiendront peut-être bientôt au passé. Keystone Archive

Une nouvelle technologie permet d'imprimer des billets à la maison, via l'Internet. Grâce à une collaboration entre l'EPFL et l'entreprise Elca.

Ce contenu a été publié le 06 février 2002 - 18:10

Le système - baptisé SecuTix - ne demande ni imprimante très performante, ni papier spécifique. Il peut être utilisé par toute personne équipée d'un ordinateur connecté à l'Internet.

Cette nouvelle technologie permet d'imprimer toutes sortes de billets. Elle peut être utilisée par les billetteries ou les organisateurs de diverses manifestations, ainsi que par les sociétés de transport, les hôtels ou pour les bons-cadeaux.

En un simple coup d'œil

«Jusqu'à présent, les billets vendus sur l'Internet devaient tous être munis d'un code barre. Le contrôle de ces titres était particulièrement lourd et complexe. Ce qui dissuadait les entreprises susceptibles de s'y intéresser», explique Daniel Biemann.

Selon le responsable de la division E-commerce d'Elca, «les billets issus de la technologie secuTix, eux, peuvent être contrôlés en un simple coup d'oeil. Ils ont la même valeur qu'un billet acheté au guichet.»

La technologie de SecuTix est basée sur une procédure développée par l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Son originalité réside principalement dans le fait que les différents points de l'image ne sont plus représentés par des pixels, mais par des motifs de base ayant une densité spéciale.

«Nous parvenons à créer une sorte de microstructure réalisée grâce à la superposition de texte et d'image, explique Daniel Biemann. Et cette technologie est particulièrement difficile à imiter».

Fort de ce constat, la société Elca part à l'assaut des vendeurs de billets en tous genres. Et le marché est très alléchant. En Suisse, quelque 120 millions de billets sont vendus chaque année. Ce qui représente environ deux milliards de francs suisses.

Vanda Janka

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article