Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une Iranienne à Berne

C'est debout que les parlementaires ont applaudi Shirin Ebadi.

(Keystone)

Invitée du Parlement suisse pour cette Journée de la femme, le Prix Nobel de la paix Shirin Ebadi a plaidé à Berne pour un combat contre le terrorisme «qui ne piétine pas les droits fondamentaux».

Présente le matin au Bureau international du travail à Genève, Shirin Ebadi était l’après-midi à Berne, pour prendre la parole devant le Parlement.

Elle répondait ainsi à l’invitation de trois députées: la Socialiste Hildegard Fässler, la Radicale (droite) Christine Egerszegi et la Démocrate-chrétienne Lucrezia Meier-Schatz.

L’avocate iranienne a demandé que les dispositifs des Nations Unies soient «renforcés» et que les organisations internationales assurent la protection des défenseurs des droits de l'homme ou de la femme dans le monde.

«Loin de la guerre et de la brutalité»

Comme à Genève quelques heures plus tôt, Mme Ebadi a souligné que l'Islam respectait ces droits, des droits sans lesquels «il n'y a pas de paix durable».

Exprimant tout particulièrement sa préoccupation sur la condition féminine dans les pays du sud, Shirin Ebadi a appelé à la solidarité loin de la «guerre et de la brutalité».

«Nous sommes tous sur le même bateau. Si une partie prend feu, le reste est aussi en péril», a déclaré le Prix Nobel, en ajoutant: «Nous devons sauver tous ensemble le navire de l'humanité».

En Suisse aussi



C'est la première fois qu'une femme étrangère qui n'est ni parlementaire ni ministre s'exprime devant le Parlement, a relevé le président de la Chambre basse Max Binder.

L’élu de l’UDC zurichoise (droite dure) a rendu hommage à «la lutte courageuse» de l’avocate iranienne et rappelé le long combat des femmes suisses.

«Les récents événements ont montré que l'égalité n'était pas acquise», a- t-il également constaté, faisant allusion à la récente élection du gouvernement, qui a vu l’éviction de deux femmes candidates.

swissinfo et les agences

En bref

- Née en 1947, Shirin Ebadi a été de 1975 à 1979 la première femme juge d’Iran.

- Au moment de la révolution, le régime des mollahs la force à abandonner son poste.

- Elle s’engage aussitôt dans la lutte pour la démocratie, les droits de l’homme et en particulier ceux des enfants.

- En 1996, elle reçoit le «Human Rights Watch Award».

- En 2001, elle est lauréate du Prix Rafto, décerné par la Norvège à une personnalité qui s’est illustrée dans le combat pour les droits de l’homme.

- En 2003, elle est la première femme musulmane à recevoir le Prix Nobel de la paix.

- Shirin Ebadi est mariée et mère de deux enfants aujourd’hui adultes.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×