Une nouvelle perle dénommée Massa

Le nouvel espoir de l'écurie Sauber: Felipe Massa. Keystone

Peter Sauber a tranché. Et il joue une nouvelle fois la carte jeunesse. Pour remplacer son petit prodige finlandais Kimi Raikkonen, parti chez McLaren-Mercedes, le Boss d'Hinwil a fait appel au Brésilien Felipe Massa.

Ce contenu a été publié le 12 octobre 2001 - 14:53

Champion de Formule Chevrolet brésilienne en 1999, vainqueur en Formule Renault en Europe et récent champion européen de Formule 3000. A 20 ans, le curriculum de Felipe Massa est impressionnant.

Des essais concluant à Mugello

Vainqueur de cinq des huit épreuves de Formule 3000 cette saison, le Brésilien a surtout convaincu Peter Sauber de son potentiel lors d'essais effectués sur le circuit italien de Mugello.

«En optant pour Felipe, nous avons choisi une fois de plus de miser sur le talent d'un jeune pilote. Ses performances à Mugello prouvent que l'homme a un potentiel très prometteur», se félicite le patron de l'écurie suisse sur son site internet.

Des performances à confirmer

Appelé à devenir un pilote de test chez Ferrari, courtisé par Alain Prost, Felipe Massa a donc finalement accepté de devenir le nouveau coéquipier de l'Allemand Nick Heidfeld.

Toujours par le biais du site internet de la formation helvétique, le jeune Brésilien se réjouit également de la tournure des événements «Je suis très fier d'appartenir à cette équipe. Et j'espère que je serai capable de contribuer à son succès. L'essentiel sera de défendre la très bonne place acquise cette année au classement des constructeurs.»

Alors que la saison s'achève dimanche avec le Grand Prix du Japon, l'écurie Sauber-Petronas pointe en effet à la quatrième place du championnat des constructeurs, juste derrière les trois très grosses cylindrées que sont Ferrari, McLaren et Williams.

Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article